17/06/2008 | Le Point Vétérinaire.fr

Deux vétonautes sur trois ont déjà été victimes d’incivilités ou d’agressions de la part de clients

Comme les pompiers qui se font “caillasser” et les policiers ou les professeurs qui se font frapper, les professions de santé, dont les vétérinaires, n’échappent pas au phénomène de l’irrespect et de la violence. Un récent sondage proposé sur WK-Vet.fr révèle ainsi que 67 % des confrères et des consoeurs ont déjà été victimes d’incivilités de la part de leurs clients, même si elles se limitent à des agressions verbales la plupart du temps (pour près de la moitié des répondants).

L’Ordre a mis en place un observatoire des incivilités en mars 2007. Depuis, une trentaine de déclarations lui ont été transmises. Une nouvelle fois, leur analyse montre que les agressions verbales arrivent en tête, suivies de près par les atteintes physiques. Les principaux éléments déclencheurs sont, par ordre décroissant, le coût jugé élevé de la visite, le refus de délivrance d’un médicament, un reproche sur le traitement ou encore un refus d’euthanasie. Selon les informations recueillies par l’Ordre, seulement 15 % des confrères agressés portent plainte auprès de la police.

Du côté des médecins, les agressions en tous genres ont presque doublé en quatre ans. D’après l’observatoire qui étudie leur sécurité, huit cent trente-sept déclarations d’incidents ont été enregistrées l’an dernier, soit une moyenne de seize par semaine, au lieu de quatre cent trente-neuf en 2004. 59% des agressions sont signalées par des généralistes (qui représentent 51 % de l’effectif de la profession). Les médecins spécialisés (49 %) sont à l’origine de 39 % des déclarations.

L’observatoire note une légère modification dans la hiérarchie des spécialités les plus touchées. L’an passé, les ophtalmologistes étaient les plus concernés, juste devant les psychiatres (pourtant davantage confrontés à une population imprévisible), les radiologues et les médecins du travail.

L’agression verbale est la plus fréquemment observée (43 %), devant les vols (29 %), les agressions physiques (13 %), les actes de vandalisme (11 %) et les menaces (4 %). Le principal facteur “déclencheur” est un reproche relatif à un traitement (10 % des incidents), puis le temps d’attente jugé excessif (8 %), le refus de prescription et le vol (7 %) et, dans une moindre mesure, le refus de délivrer un arrêt de travail (4 %). L’enquête révèle par ailleurs que sept incidents sur dix se produisent dans le cadre d’un exercice de médecine de ville. 7% des problèmes signalés ont occasionné une interruption temporaire de travail pour le praticien. Seuls 38% des médecins agressés ont porté plainte. Dans 15 % des cas, l’incident a abouti au dépôt d’une main courante.

N Devos

Extrait de La Semaine Vétérinaire 1319

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Identifiez-vous pour réagir Vous n'avez pas de compte ?
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité