Deux scénarios se présentent devant la profession

17.09.2010 à 06:00:00 |
©

L’objectif de cette enquête de branche ? Tirer le portrait du vétérinaire sous l’angle de l’emploi et de la formation, et engager une réflexion prospective.

Mais attention, les scénarios avancés sont à visée « pédagogique » et « sans ambition prévisionnelle », modère le consultant Christophe Jeammot (Pollen Conseil). Les mises en scène possibles sont en effet multiples.

Selon le scénario 1, c’est donc une évolution en pente douce qui attend la profession, dans un contexte fragilisé. Il n’y a pas de raison de penser qu’une embellie est à venir, il existe donc une nécessité de respecter des règles de bonnes pratiques économiques dans un contexte peu porteur. Plusieurs pistes peuvent alors être suivies, par exemple au niveau des auxiliaires avec le développement d’un savoir administratif, une dimension commerciale à affirmer, etc. Il faudrait aussi communiquer davantage sur les moyens de reconnaissance de leur formation, sur les outils de la mobilité, miser sur la formation continue, etc. Ce scénario nécessiterait en outre un renforcement des compétences vétérinaires à manager les organisations. « Nous ne sommes pas dans une logique de spécialisation, mais de polyvalence », souligne Christophe Jeammot. En outre, « le parcours de réorientation des praticiens sera peut-être, demain, l’un des grands enjeux de la profession ».

Selon le scénario 2, des évolutions sont annoncées, mais non maîtrisées, et elles sont une source potentielle de fortes transformations de la profession (directive “services”, délégation d’actes, perte de la délivrance du médicament, chaînes de cliniques, apparition de nouveaux intervenants, etc.). Pour autant, « nous estimons raisonnable de penser que l’exercice traditionnel va perdurer ». « Les vétérinaires innoveront et penseront à de nouvelles fonctions. Ce n’est pas parce qu’il existera des enseignes lowcost qu’elles bouleverseront les choses. Cela va certes avoir un impact, mais il va falloir passer du stade réactif à la phase proactive ! », conclut Christophe Jeammot.
Alors, il vous revient de décider quel acteur vous serez dans la suite du film à venir...

Marine Neveux

Voir l’article complet dans La Semaine Vétérinaire n° 1417 du 17 septembre 2010

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK