(Dés)intérêt pour la pratique rurale outre-Atlantique

27.05.2010 à 00:00:00 |
©

Les résultats d’une étude de l’Association américaine des médecins vétérinaires (Avma) viennent d’être publiés dans le journal de l’association*. Ce travail vise à mieux comprendre les motivations des vétérinaires ruraux en voie d’extinction.

La large enquête en ligne de 2008 a porté sur un échantillon de 1 216 praticiens et étudiants vétérinaires. Aux Etats-Unis, le gouvernement s’inquiète en effet de la préférence des vétérinaires pour l’exercice urbain, tourné vers les animaux de compagnie. Pour freiner la diminution du nombre de vétérinaires pratiquant la médecine des animaux de rente, des mesures incitatives sont instaurées depuis 2003. Les confrères qui s’orientent vers la pratique rurale ou la protection de la santé publique ont ainsi la possibilité de se faire rembourser les emprunts contractés pour leurs études vétérinaires.

Les résultats de l’enquête montrent, finalement sans grande surprise, que les personnes qui embrassent une carrière rurale sont souvent celles qui proviennent d’un milieu rural, qui ont adopté comme mentor un praticien rural ou qui ont eu l’occasion de se frotter à l’exercice rural durant leurs études.

Agnès Faessel
* Journal of the American Veterinary Medical Association, vol. 236, n° 8, pp. 849-867.
Pour en savoir plus, lire La Semaine Vétérinaire n° 1407 du 28/5/2010 en page 14

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK