Des professions libérales peu homogènes

10.01.2013 à 06:00:00 |
©

La dernière étude de l’Observatoire des métiers dans les professions libérales (OMPL) porte sur la qualité de l’emploi de ce secteur d’activité. Elle révèle une progression de l’emploi féminin, des écarts importants de rémunération, le poids des seniors et un taux élevé de contrats de travail à durée indéterminée (CDI), notamment dans le secteur de la santé.

En 20 ans, les professions libérales ont accueilli 25 % de femmes en plus, tandis que la proportion d’hommes est restée stable. Le taux d’activité des femmes se rapproche ainsi de celui des hommes (soit 66 % en 2011 versus 75 % pour les hommes).

Toutefois, les femmes actives sont répertoriées le plus souvent dans la catégorie des employés. Il y a trois à quatre fois plus d’hommes chez les cadres. Dans le secteur de la santé, les employées sont jusqu’à sept fois et demie plus nombreuses. Les cabinets et les cliniques vétérinaires comptent 88 % de femmes. L’emploi féminin est encore plus élevé dans les cabinets dentaires (97 %) et les cabinets médicaux (94 %).

En ce qui concerne les types de contrats de travail, le secteur de la santé – qui comptabilise 64 % de salariés – privilégie majoritairement le CDI (86 % pour les femmes et 80 % pour les hommes). La différence entre les femmes et les hommes est aujourd’hui faible. Néanmoins, les jeunes de moins de 30 ans sont principalement en contrat à durée déterminée (CDD). Enfin, le temps plein domine (pour 61 % des actifs, tous secteurs confondus). Quant au temps partiel, il est largement choisi dans le secteur de la santé.

Au chapitre de la rémunération des libéraux, l’étude montre que l’indice de parité varie selon les catégories sociales, le genre et l’âge. Les femmes ont globalement des revenus inférieurs à ceux des hommes, soit un écart de 25 % pour les salariés. Dans le secteur de la santé, l’écart de rémunération est le plus important.

Il ressort également de cette étude que l’emploi des seniors est variable selon les branches professionnelles. Un salarié sur quatre a plus de 50 ans.

Clarisse Burger

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1522 du 11/01/2013 en page 16

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK