Des éleveurs veulent pouvoir acheter moins cher que chez le vétérinaire

26.09.2012 à 06:00:00 |
©

L’association d’éleveurs Anarev s’est constituée lors du Salon des productions animales - Carrefour européen (Space) pour dénoncer le « conflit d’intérêts », le « monopole de fait » et les marges des vétérinaires (et des laboratoires) sur le médicament.

« Conflit d’intérêts » et « monopole de fait » des vétérinaires qui prescrivent et vendent les médicaments, « manque de transparence sur les marges ». Sous l’acronyme Anarev, l’Association nationale pour l’amélioration des relations éleveurs-vétérinaires présente un argumentaire et des revendications qui seront pourtant, à l’évidence, contestés par les confrères libéraux.

Porte-parole de l’association, son président, Pascal Gortais, et son secrétaire général, Henri de Kerdanet, 2 éleveurs laitiers d’Ille-et-Vilaine, se défendent toutefois de vouloir s’opposer aux praticiens. Leur objectif est de « garantir le libre choix du fournisseur en médicaments vétérinaires » afin « d’améliorer la compétitivité des élevages français ». C’est leur leitmotiv.

« Quelques dizaines d’éleveurs », principalement bovins, ont adhéré à l’association qui a tenu sa première assemblée générale le 13 septembre 2012 à Rennes, et sa première réunion devant les journalistes le lendemain dans le hall presse du Space.

Éric Vandaële

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1508 du 21 septembre 2012 en page 20

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK