08/05/2009 | Le Point Vétérinaire.fr

Délivrance des médicaments et renouvellement de prescription

Les ministères de la Santé et de l’Agriculture apportent un soutien quasi officiel au lobby des pharmaciens en indiquant, dans un courrier adressé à l’Ordre des vétérinaires, que la mention « renouvellement interdit » préimprimée ou systématique sur les ordonnances « est désormais proscrite ».

Cela est faux ! Rien dans le Code de la santé publique n’interdit aux vétérinaires d’inscrire cette mention sur leurs ordonnances. Ce n’est donc évidemment pas parce que la mention « renouvellement interdit », requise pour les animaux de rente avant le 27 avril 2007, n’est plus obligatoire aujourd’hui sur la prescription qu’elle doit être « proscrite ».
Il est vrai, en revanche, que le dispositif du renouvellement est désormais si complexe que même la plaquette officielle commune aux deux ministères n’est pas exempte d’erreurs multiples sur ce point. Par exemple, le terme “hormones” est employé dans cette brochure pour désigner « les anabolisants et les ß-agonistes », alors que toutes les hormones ne sont pas, loin s’en faut, des anabolisants… pour lesquels le renouvellement est d’ailleurs « systématiquement» interdit.

Limiter les quantités délivrées à ce qui est juste nécessaire

Surtout, la réglementation pharmaceutique européenne oblige « à prendre toutes les mesures nécessaires pour veiller à ce que la quantité prescrite et délivrée soit limitée à ce qui est nécessaire pour le traitement ». Sur la base de cette disposition communautaire, le Conseil d’Etat a déjà sapé, dans un arrêt du 27 juin 2008, une partie du dispositif prévu dans ce décret pour capter une part des ordonnances vétérinaires au profit des pharmaciens. Le Conseil d’Etat estime que les ventes de vaccins et de certains médicaments susceptibles de laisser des résidus ne pouvaient pas être renouvelées si le vétérinaire y était opposé.
A la demande des directeurs généraux de la santé (DGS) et de l’alimentation (DGAL), l’Ordre des vétérinaires appelle toutefois les confrères à supprimer la mention « renouvellement interdit » préimprimée sur leurs ordonnances. En revanche, il n’est pas interdit – cela devrait même être recommandé – de la faire figurer pour limiter « la quantité prescrite et délivrée à ce qui est nécessaire pour le traitement», selon les termes de la législation européenne. En effet, le renouvellement des délivrances sur la base d’une même ordonnance s’applique surtout au traitement d’une affection chronique, pour un même animal traité sur plusieurs mois, voire « à vie », principalement chez les espèces de compagnie. Comme les quantités maximales délivrables en une seule fois sont généralement restreintes à un mois (trois mois si le conditionnement unitaire y est adapté), il est possible à un pharmacien ou au vétérinaire prescripteur de renouveler les délivrances pendant un an au maximum, sans nouvel examen clinique mensuel ou trimestriel de l’animal malade.
Chez les espèces de rente, le Code de la santé publique prévoit désormais la possibilité, pour les médicaments de la liste positive (accessibles aux groupements agréés) utilisés à titre préventif, d’être délivrés plusieurs fois pour les mêmes animaux par les pharmaciens, sur présentation par l’éleveur d’une ordonnance de moins d’un an, même si le prescripteur s’y est opposé. En pratique, les vaccins étant exclus de ce dispositif, cela correspond principalement aux antiparasitaires et à certaines hormones (prostaglandines surtout).

E Vandaele

Extrait de La Semaine Vétérinaire 1358

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...