Dans les coulisses de l’accréditation européenne d’Oniris

Frédéric Thual | 20.06.2017 à 10:59:16 |
Jean-Michel Cappelier, enseignant en charge du dossier « biosécurité », Marc Gogny, directeur général adjoint, et Dominique Buzoni-Gatel, directrice générale, ont orchestré la réorganisation d’Oniris en vue d’obtenir son accréditation européenne.
© Frédéric Thual

L’école nationale vétérinaire de Nantes a été accréditée au regard des processus de qualité engagés par la nouvelle direction.

L’AEEEV est l’autorité d’accréditation des établissements d’enseignement vétérinaire en Europe. Et bien au-delà d’ailleurs puisqu’elle s’étend sur 34 pays (dont les Pays Nordiques, Israël, La Turquie….) et regroupe actuellement 96 établissements sur lesquels elle donne soit une « approbation » soit une « accréditation ». La première valide les niveaux exigibles de formations, la seconde impose en plus  une démarche qualité dans tous les aspects du fonctionnement des écoles. Mais en octobre 2014, un an avant l’arrivée de Dominique Buzoni-Gatel à la tête d’Oniris, faute d’atteindre le niveau d’exigences européen, l’A3EV décide de retirer l’approbation à l’école nantaise. « C’était gravissime, explique-t-elle. Cela signifiait notamment ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Frédéric Thual
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK