Création du Cnev

10.11.2011 à 06:00:00 |
©

Le Centre national d’expertise des vecteurs (Cnev), émanation des ministères de l’Agriculture et de la Santé, s’installe à Montpellier (Hérault).

Cette structure vise à améliorer les stratégies de lutte antivectorielle (LAV), qui incluent la surveillance des vecteurs et la manière de les combattre.

Fièvre catarrhale ovine, West Nile, chikungunya, dengue, maladie de Lyme, etc. « Nous pouvons désormais être réactifs sur ces dossiers, car le Cnev est une structure multidisciplinaire d’aide et d’appui à la décision disposant d’une cellule permanente et d’un réseau d’experts qui peut se mettre en place assez vite », précise Didier Fontenille, directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et directeur du Cnev. Ce centre recueille et diffuse toutes les informations utiles, mais n’est pas une structure opérationnelle de lutte et de surveillance. « Il y contribue en formulant des recommandations pour améliorer les actions de lutte antivectorielle, voire sur l’opportunité de les mettre en place », poursuit Didier Fontenille.

Myriem Lahidely

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1470 du 12 novembre 2011 en pages 24 et 25

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK