19/10/2009 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Conjugué au futur, le vétérinaire sera praticien spécialisé, selon un tiers des vétonautes

« Un commercial du genre requin. » Voilà comment un confrère imagine le vétérinaire de demain. Pour lui, comme pour un participant sur cinq au sondage sur ce thème, il sera chef d’entreprise avant tout.

Gestion des ressources humaines et développement de compétences utiles à l’entreprise n’auront plus de secret pour cette consoeur – démographie vétérinaire oblige – qui tiendra également d’une main de fer les rênes de son budget. La médecine des animaux ne sera plus un sacerdoce, mais bel et bien une profession de services. D’ailleurs, la mise en application de la directive du même nom n’exclut pas la création d’entreprises vétérinaires comprenant plusieurs lieux d’exercice, à qui il faudra bien un patron. Mais qu’à cela ne tienne, la capacité à se recycler est une qualité plébiscitée par 16% des vétonautes. Toutefois, « vétérinaire pour la vie » pourrait devenir une triste réalité si la restriction d’accès à la biologie médicale préfigure l’avenir des diplômés. Mieux vaudra être certain de son choix si la clientèle devient presque le seul débouché possible.

57 % des confrères continuent de penser que le vétérinaire restera praticien, libéral, avec cependant un profil radicalement différent. L’omnipraticien n’a plus la cote. En juin 2005, il rassemblait la moitié des votes, loin devant le spécialiste (19 %). Quatre ans plus tard, la tendance s’est inversée. Seulement un quart des sondés envisagent le futur vétérinaire comme un généraliste multi-espèces, capable de gérer toutes les situations. Pour 33 %, il sera spécialisé, à plus forte valeur ajoutée, régnant en partage sur des plateaux techniques dont la rentabilité sera surveillée par des chefs d’entreprises vétérinaires. La médecine des animaux de compagnie et de sport dispose déjà de sa liste de spécialistes. Dans les campagnes, une évolution plus sournoise est à l’oeuvre. Les éleveurs, devenus infirmiers de leurs élevages, pourront bientôt réaliser plusieurs actes, autrefois l’apanage du vétérinaire. La délégation d’actes suggérée par le rapport Guené est en passe de voir le jour de manière officielle. Dès cet instant, le rôle du praticien sera peut-être davantage celui d’un conseiller en santé animale ou en gestion sanitaire du troupeau que d’un médecin de campagne.

Seulement 7 % des sondés envisagent une évolution vers un profil d’ingénieur des sciences du vivant. Des jumelages entre des ENV, Nantes la première, et des écoles d’ingénieurs sont pourtant déjà bien avancés. La mutualisation des ressources, des enseignements et des chercheurs est une raison aussi valable qu’une autre de marier deux établissements avec des cursus bien distincts. Le maintien de cette différence est peut-être une question à se poser.

Stéphanie Padiolleau
Extrait de La Semaine Vétérinaire n°1376

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité