Concilier concurrence et déontologie

Marine Neveux | 08.02.2017 à 09:50:41 |
Benoît Delaunay
© Isabelle Beauvais

Le comité de liaison des institutions ordinales (CLIO) a rassemblé, la semaine dernière, à la maison du Barreau de Paris, les ordres pour faire le point sur l’indépendance, l’éthique et la déontologie.

Peut-on concilier concurrence et déontologie interroge Catherine Prieto, professeure à l’école de droit de la Sorbonne. « Si l’on concilie, c’est qu’il y a opposition, pour moi il n’y a pas opposition, la concurrence est synonyme d’émulation, de perfectionnement, d’évolution, mais la concurrence peut être dévoyée avec des pratiques déloyales ». Catherine Prieto cite aussi de potentielles pratiques collusoires entre professionnels, « nous avons cette perception d’une concurrence qui est fragile et dont la composition doit être protégée, la concurrence est un mécanisme construit par le Droit et qui mérite d’être protégé. » Et de poursuivre que lorsque l’on parle de ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Marine Neveux
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK