10/08/2011 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Bien-être animal

Bruxelles réitère son appel à l’abandon volontaire de la castration des porcelets d’ici 2018

Les organisations professionnelles de grands pays producteurs de porcs européens (dont la France, via l’Institut national de la recherche agronomique) ont déjà signé la « Déclaration européenne de Bruxelles sur les alternatives à la castration chirurgicale des porcs » qui prévoit l’arrêt de la castration des porcs en 2018 et des mesures de traitement de la douleur opératoire d’ici cette date*.

En juin 2011, Bruxelles a réitéré son appel à cette signature en faveur de l’abandon volontaire de cet acte chirurgical d’ici la date butoir de 2018.

La Commission européenne rappelle que dans un premier temps, à compter du 1er janvier 2012, la castration chirurgicale des porcs sera effectuée, le cas échéant, avec analgésie et/ou anesthésie prolongée au moyen de méthodes mutuellement reconnues.
Dans un deuxième temps, la castration chirurgicale des porcs devrait être abandonnée le 1er janvier 2018 au plus tard. Bruxelles précise qu’afin d’assurer la mise en œuvre de la suppression de la castration chirurgicale, les outils suivants devront être disponibles et applicables :

- des méthodes mutuellement reconnues d’évaluation de l’odeur de verrat ;
- des méthodes de référence européennes reconnues de mesure de chacun des composés responsables de l’odeur de verrat ;
- des méthodes de détection rapide de l’odeur de verrat sur les sites d’abattage ;
- une réduction des composés de l’odeur de verrat lors de l’élevage et/ou de la gestion et de l’alimentation des porcs ;
- des systèmes de production et de gestion des mâles entiers pendant l’élevage, le transport et lors de l’abattage, pour réduire au minimum les comportements sexuels et agressifs.

Les coûts afférents à la suppression de la castration chirurgicale seront partagés entre les acteurs économiques de la chaîne porcine, ajoute la Commission européenne. Les progrès réalisés au niveau de l’application et de l’efficacité des outils susmentionnés ainsi que les coûts afférents à la suppression de la castration chirurgicale et leur répartition entre lesdits acteurs seront évalués dans un rapport annuel public.

Nathalie Devos

* Voir la liste des signataires

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Identifiez-vous pour réagir Vous n'avez pas de compte ?
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité