Biologie humaine : l’amendement de la dernière chance

14.04.2011 à 06:00:00 |
©

Il faut sauver le soldat vétérinaire dans les laboratoires de biologie médicale humaine.

Il en est pour le moment exclu par une ordonnance du 13 janvier 2010 qui réforme la biologie médicale.
Pourtant, un espoir subsiste : un amendement, déposé à l’Assemblée nationale, sur une proposition de loi relative à la réforme du texte “hôpital, patients, santé et territoires” (HPST) veut l’y réintroduire. « Outre les préjudices moral et matériel à la profession vétérinaire, cette disposition législative écarte les vétérinaires de l’accès à la formation que constitue le diplôme d’études spécialisées de biologie médicale, compromettant ainsi le remplacement indispensable des vétérinaires impliqués directement ou indirectement dans les activités d’analyses biologiques vétérinaires », justifient les auteurs de l’amendement, cinq députés (dont deux médecins, mais aucun vétérinaire !). L’amendement devait être soumis au vote de l’assemblée en première lecture aujourd’hui ou demain.

Nicolas Fontenelle

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1446 et n° 1447 des 15 et 22 avril 2011 en page 30

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK