Atelier lors de l'AVEF: bonnes pratiques de la vermifugation des chevaux

29.10.2008 à 10:00:00 |

Deux points essentiels ont été mis en évidence lors d'un Vermifugation au congrès 2008 de l'Association Vétérinaire Equine Française: l’émergence de résistances (surtout de ) dans le groupe des lactones macrocycliques (avermectines et milbemycines) et la nécessité qui en découle de prescrire les antiparasitaires de façon plus raisonnée, en se fondant notamment sur l’examen coprologique.

Les résistances sont inéluctables, c’est un phénomène progressif qui apparaît en vingt à trente ans mais peut, dans certains cas, être plus rapide. Les recommandations visent donc à ralentir leur progression en traitant moins et mieux, notamment en identifiant les chevaux les plus infestés. En effet, 20 % des chevaux hébergent 80% des parasites. La gestion contrôlée du parasitisme et des résistances repose sur l’examen coprologique, au moins avant et, idéalement, après tout traitement antiparasitaire. La recommandation est de ne traiter que les chevaux contaminés et excréteurs, soit environ 20 % des effectifs. Les jeunes chevaux, en particulier les yearlings, présentent en général des OPG (nombre d’oeufs par gramme de crottins) élevés. Le dépistage des résistances repose essentiellement sur les contrôles post-traitement.

S. Paul-Jeanjean

Extrait de La Semaine Vétérinaire 1332

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK