Antagène: vers un développement européen?

13.02.2009 à 10:00:00 |

L ’année 2009 sera celle du développement européen pour Antagène. Créée en 2002, la société de biotechnologie lyonnaise met en effet les bouchées doubles pour se rapprocher d’un partenaire industriel. L’objectif est de commercialiser ses tests génétiques pour chiens et chats en Europe, particulièrement en Allemagne où est implanté son principal concurrent européen, Laboklin, et où elle vient d’ouvrir une antenne commerciale, mais aussi en Grande-Bretagne, en Espagne et en Italie.
« Notre marché est éclaté et nous n’avons pas les ressources nécessaires en interne pour lancer la commercialisation de nos tests à l’échelle européenne », souligne Guillaume Queney, fondateur d’Antagène, qui dit avoir d’ores et déjà engagé des discussions avec trois partenaires potentiels.
L’idée est donc de profiter de la force de frappe commerciale et marketing d’un grand laboratoire en lui ouvrant les portes du capital de l’entreprise, détenu aujourd’hui par le fondateur et des partenaires financiers locaux.
Guillaume Queney estime par ailleurs disposer, à Lyon, d’une plate-forme technique suffisante (analyse et comptes rendus des tests) pour assurer ce développement international.

E Vandaele

Extrait de La Semaine Vétérinaire 1346

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK