29/04/2011 | Le Point Vétérinaire.fr

©

Remises arrière

Alcyon, Centravet et Coveto hors de la centrale du SNVEL

Avec sa mégacentrale de référencement, le syndicat des libéraux ambitionne de « fédérer 15 % du marché », soit environ 170 millions d’euros d’achats.

Les trois centrales d’achats à capitaux vétérinaires, Alcyon, Centravet et Coveto, ont décidé de ne pas s’associer au Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral (SNVEL) qui souhaite constituer une mégacentrale de référencement pour négocier les remises arrière de ses membres, soit au moins « 15 % du marché ». Réunies dans l’Association nationale des sociétés vétérinaires d’achats et de distribution de médicaments (Ansvadm), « aucune des centrales la constituant ne souhaite être structurellement et capitalistiquement associée au projet, notamment pour des raisons juridiques », indique le communiqué.

En effet, en collaborant à une société commune de ce type, les centrales risquaient d’être accusées d’une entente illicite, alors qu’elles sont concurrentes sur le terrain.
Toutefois, l’Ansvadm se dit « prête à aider le projet, notamment par la fourniture de données statistiques, avec l’accord explicite des vétérinaires adhérents à la démarche du SNVEL ». Sur demande explicite des vétérinaires, ces centrales pourraient donc, à l’avenir, communiquer au syndicat ou à sa filiale les statistiques de vente des différents produits. Toutefois, « les modalités restent à définir et à construire ».
Cette position commune à l’Ansvadm et aux trois centrales à capitaux vétérinaires a été adoptée après « l’étude du projet de centrale de référencement qu’entend mener le SNVEL et la consultation des conseils d’administration ou de surveillance » d’Alcyon, de Centravet et de Coveto (tous composés de vétérinaires praticiens).


« Une communication erronée » à l’assemblée des délégués du syndicat


Lors de l’assemblée des délégués syndicaux, qui a eu lieu le 17 mars 2011, le SNVEL avait pourtant annoncé l’accord de ces trois centrales pour participer au projet. Il précisait alors qu’il « piloterait » sa centrale de référencement « en étant légèrement majoritaire dans la nouvelle structure créée avec Alcyon, Centravet et Coveto ». L’initiative avait alors recueilli un « feu vert massif » des 66 délégués, avec 60 voix pour (91 %), 3 votes contre (4,5 %) et 3 abstentions (4,5 %).
Pour le président de l’Ansvadm, notre confrère Bertrand Pruvost (Alcyon), cette communication était à la fois « erronée » et « trop rapide ». Car Centravet et Coveto avaient déjà « clairement » indiqué au SNVEL qu’elles « réservaient leurs réponses » en fonction de la position de leurs conseils d’administration et de surveillance. « Il n’y avait aucune ambiguïté sur ce point », indique-t-il dans une interview publiée dans l’hebdomadaire du syndicat*.
Bertrand Pruvost « craint » que cette initiative du SNVEL « n’apporte pas une réponse de long terme au problème du prix du médicament », même s’il la qualifie de « pertinente et ambitieuse ». « Quel est le vrai prix d’un médicament obtenu avec une remise de 70 %, voire 100 % ? Un fabricant peut-il avoir une vraie stratégie commerciale sans remises ou avantages divers ? », s’interroge-t-il.
Interpellé publiquement par Jean-Louis Hunault, président du Syndicat de l’industrie du médicament vétérinaire**, Michel Baussier, président de l’Ordre, répond que la question de cette centrale de référencement sera examinée par le Conseil supérieur le 23 juin 2011***. Son avis sera donné « en toute indépendance, après avoir entendu les parties concernées et pris le temps nécessaire à la sagesse de sa délibération, temps adapté à l’urgence, toute relative, de la situation ».

L’opposition des industriels au SNVEL est « pathétique et dérisoire »

De son côté, le SNVEL, qui jusqu’à présent se disait « résigné » à créer cette mégacentrale, est désormais « déterminé à mener ce projet à son terme »*. Son nouveau président, Pierre Buisson, veut être « prêt pour novembre 2011 », afin de négocier les remises des contrats annuels 2012. Il « perçoit une forme de désintérêt des confrères pour le médicament en raison de l’agitation déraisonnée du marché », ce qui motive le SNVEL à les intéresser davantage.
Face à toutes les objections hostiles que suscite le projet, le syndicat des libéraux s’entête, en indiquant que « ces réactions d’opposition le confortent ». La contestation des laboratoires pharmaceutiques est qualifiée de « pathétique et dérisoire », et tous les articles non contrôlés par le syndicat de « dénigrement ».

Le syndicat est « juridiquement légitime » à faire du commerce

« Nous sommes certains de la légitimité juridique d’un syndicat à participer à des sociétés commerciales. La centrale de référencement aura pour support une société par actions simplifiée (SAS) dont l’actionnaire unique sera le SNVEL », précise Pierre Buisson, soit le même statut commercial que la Société d’identification électronique vétérinaire (Siev) ou la Société d’actions et de promotion vétérinaires (SAPV). Avec cette nouvelle centrale, « notre objectif est de fédérer 15 % du marché », soit le regroupement de 160 à 185 millions d’achats potentiels, selon les dernières statistiques publiées en 2010.

Le regroupement artificiel de chiffres d’affaires : un risque pour la délivrance…


Le président du SNVEL estime que « laisser prospérer les actuels regroupements artificiels de chiffres d’affaires (groupement d’intérêt économique, société civile de moyens) est prendre le risque d’une remise en cause de la place des vétérinaires dans la délivrance du médicament ». Mais laisser entendre que ce risque serait accentué par la mise en place d’une mégacentrale syndicale relève d’un « dénigrement obsessionnel du SNVEL » auquel se livrerait La Semaine Vétérinaire

Eric Vandaële

* Voir La Dépêche Vétérinaire n° 1121-1122 du 22/4/2011
** Voir La Semaine Vétérinaire n° 1446-1447 des 15 et 22/4/2011 en page 20
*** Télécharger le courrier du CSO

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1448 du 29 avril 2011 en pages 12 à 14

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...