Afrique : des questions épidémiologiques essentielles

23.02.2015 à 09:57:34 |
© OIE

La 21ème conférence de la Commission régionale de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) pour l’Afrique s’est tenue à Rabat (Maroc) du 16 au 20 février dernier.

La Conférence a été présidée par Abderrahman El Abrak, délégué du Maroc auprès de l’OIE. Notre confrère Bernard Vallat explique que « le continent africain revêt pour l’OIE une importance considérable non seulement pour les questions épidémiologiques qui intéressent le monde entier, mais aussi pour tous les aspects liés aux programmes d’appui aux services vétérinaires pour lesquels il convenait de convaincre les gouvernements et les partenaires du développement d’investir en fonction des risques sanitaires sans cesse croissants ».

Deux thèmes techniques ont été en exergue : l’impact des maladies animales sur la productivité et la santé publique en Afrique et les mouvements transfrontaliers d’animaux et de produits d’origine animale et leur rôle dans l’épidémiologie des maladies animales en Afrique.
La situation zoosanitaire dans l’ensemble de la région et les investissements nécessaires pour permettre aux pays de progresser en matière de contrôle des maladies animales ont aussi été débattus. Plusieurs problématiques préoccupent les pays : les trypanosomoses transmises par la mouche tsé-tsé, l’usage responsable et prudent des antimicrobiens, la rage, etc.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK