2011, année des strongyloses

12.07.2011 à 06:00:00 |
©

En raison d’un printemps très doux, les strongles respiratoires et digestifs ont cette année un mois d’avance dans leur cycle de développement.

Le pic de contamination des bovins sera donc lui aussi précoce cette année. En absence de traitement raisonné adapté, retards de croissance et cas cliniques seront observés dès la fin juillet.

Le printemps s’est révélé exceptionnellement précoce et doux cette année. Agréable pour nous, certes, mais aussi pour les strongles digestifs et respiratoires. Une alerte est donc lancée par notre confrère Philippe Camuset, de la commission parasitologie de la SNGTV. Habituellement, la première génération de larves est libérée fin juin, début juillet. Le pic de contamination des ruminants est alors observé en août. Cette année, la deuxième génération est déjà sortie, ce qui avance ce pic d’un mois. Et ce n’est pas fini ! Philippe Camuset s’attend à l’apparition d’une troisième génération de larves début août, voire d’une quatrième début septembre (contrairement aux trois habituelles). « En l’absence de traitement préventif correctement réfléchi et administré, on peut s’attendre à des retards de croissance dès le mois de juillet et à des cas cliniques dès le mois d’août, voire de la mortalité », insiste-t-il. Outre le traitement curatif des animaux déjà infestés, une prévention devra être prévue jusqu’à l’automne.

Stéphanie Padiolleau

Pour plus d’informations, voir La Semaine Vétérinaire n° 1458 du 8 juillet 2011 en page 12

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK