L’hybridation des chats, une pratique à abandonner

Aurélien Léobon | 30.03.2017 à 14:39:45 |
Le bengal est un exemple de chat hybride, issu d’un croisement entre un chat domestique et un félin sauvage.
© Andreaskrappweis – iStock

L’association américaine des praticiens vétérinaires félins (AAFP) dénonce l’hybridation issue de la reproduction des chats domestiques avec des félins sauvages.

Dans cette quête toujours plus folle du sensationnel et de l’extraordinaire, l’Homme franchit encore un cap en proposant des chats « hybrides », issus du croisement entre des chats domestiques et des espèces de félins sauvages. Ces pratiques ne sont désormais plus le fruit de scientifiques fous ou d’éleveurs en quête de notoriété. En effet, cela se traduit aujourd’hui par des races de chats que désormais rencontrées sous le nom de bengal ou de savannah , dont on ignore bien souvent l'origine et les conséquences de telles hybridations. Dans un contexte de popularisation de ce procédé, l’American Association of Feline ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Aurélien Léobon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK