Un rhinocéros tué pour sa corne

Serge Trouillet | 16.03.2017 à 13:42:51 |
Un rhinocéros dans un zoo
© D. R.

Depuis qu'un rhinocéros blanc a été abattu dans la nuit du 6 au 7 mars dernier, l'heure est à une réflexion concertée pour définir la meilleure stratégie de protection face à un tel braconnage.

Trois balles dans la tête, la corne découpée à la tronçonneuse ! Vince avait quatre ans. Il vivait paisiblement à Thoiry depuis mars 2015, en provenance des Pays-Bas où il était né dans un parc zoologique, dans le cadre d'un programme d'échanges entre grands zoos européens. Sa venue, avec un autre mâle nommé Bruno (5 ans), était destinée à permettre la fécondation de Gracie (37 ans), la seule femelle rhino de Thoiry… Quelle que soit la raison pour laquelle sa deuxième corne n'a été que partiellement tranchée, on peut en déduire que ses congénères ont eu de la chance !

L'heure est aujourd'hui à la réflexion concertée
C'est la première fois en Europe que l'on s'en prend à un animal vivant dans un zoo, devenu terrain de chasse. La dernière alerte remonte à 2011 où la « rhinomafia » avait fait les gros titres de la presse pour des vols parfois violents dans les musées ou chez des taxidermistes en Angleterre, en Autriche, en Espagne, en Italie et en France. Un gang irlandais a finalement été démantelé et ses membres condamnés en avril 2016 à des peines de prison allant de quatre à six ans. Depuis le jour même du braconnage de Thoiry, tous les zoos européens sont alertés et le contact est permanent entre les membres de l'Association française des parcs zoologiques, l'Association européenne des zoos et aquariums (Eaza), l'organisation non gouvernementale Save the Rhino, les experts de l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), afin de définir quelles sont les solutions les mieux adaptées à chacun des parcs zoologiques.

Retrouvez l’article complet dans La Semaine Vétérinaire du 17/03/2017

Serge Trouillet
4 commentaires
avatar
Elisa 27 le 16-03-2017 à 22:43:16
Il faut surdimensioner les peines pour de tels actes. Pour que la dissuasion soit efficace.
avatar
Izurte2 le 17-03-2017 à 11:02:55
test
avatar
CabVetCoq le 18-03-2017 à 12:04:02
Je dirais même plus...
Il faut surdimensionner les peines ...
Les réseaux sont très certainement connus.....
Et bien sûr cibler aussi les commanditaires..
Les Douanes internationales doivent aussi avoir une idée.....
avatar
CabVetCoq le 18-03-2017 à 12:53:54
Mais bien sûr ne pas se faire d'illusions.. Comme tous les trafics internationaux (drogue, animaux, œuvres d'art, ) les réseaux sont protégés par les politiques de tous bords qui sont grassement "lubrifiés" pour ce faire. Il va bien falloir , un jour , voter différemment ... Mais ceci est un autre débat. Et là, bien sûr, mon avis n'a pas beaucoup d'importance....... Je ne dois pas être encore "assez nombreux" pour cela mais cela viendra.....
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...