Les ventes d’antibiotiques bientôt à déclarer

12/01/2017 | Le Point Vétérinaire.fr
Les ventes d’antibiotiques bientôt à déclarer
© jannoon028 - Freepik
Les praticiens devront déclarer, au plus tard le 31 mai 2017, les ventes d’antibiotiques survenues au mois d’avril 2017.

Un décret du 19 décembre 2016 rend obligatoire la déclaration à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) des cessions de médicaments contenant des antibiotiques. L’agence suit déjà de façon annuelle les ventes d’antibiotiques en médecine vétérinaire. Cette mesure devrait permettre d’affiner les données recueillies, puisque la mesure concerne aussi les utilisations hors autorisation de mise sur le marché (AMM). Ainsi, à partir du 1er avril 2017, les praticiens devront déclarer par voie électronique chaque vente d’antibiotiques au ministère de l’Agriculture. Cette obligation n’est pas si nouvelle puisqu’elle était prévue dans la loi d’avenir du 13 octobre 2014, qui faisait référence à une déclaration des cessions d’antibiotiques. Cette mesure s’inscrit aussi dans le cadre du plan national de réduction des risques d’antibiorésistance en médecine vétérinaire (ÉcoAntibio). Elle concerne tous les ayants droit (vétérinaires et pharmaciens), mais aussi les laboratoires, les distributeurs en gros et les importateurs. Un arrêté sera publié dans les prochains mois, afin de préciser le modèle type attendu pour procéder à la déclaration.

Retrouvez l'intégralité de cet article en page 12 de La Semaine Vétérinaire n° 1702.  

Michaella Igoho-Moradel

Les dernières réactions

  • 13/01/2017 à 09:49
    Asquaw
    alerter
    encore et encore des obligations et de la surcharge administrative !! et on doit faire ça quand ??? on est déjà surchargés , en manque de vétos , à la course sans repos , solo obligé depuis 5 ans ...toujours dans la paperasse dès qu'on a 1/2 h de pause... y compris le WE et jours fériés , déjà je bosse entre 60 et 120h par semaine , et pas par choix !! alors maintenant zut ! marre , non , je ne ferai plus aucune paperasse ou déclaration supplémentaire quelle qu'elle soit ! , mais je vais en supprimer , ça oui , et si ça ne leur plait pas , je ferme boutique ! je ne suis pas encore tout à fait dégoutée de mon vrai travail de véto, ... même si pour pouvoir un peu respirer je suis déjà obligée de fermer le cabinet ... impossible de faire un tour de garde en rurale mixte en campagne profonde ! leurs obligations de continuité et de permanence de soins sont déjà totalement irréalisables dans nos campagnes perdues ... ça s'aggrave fortement depuis 5 ans ... et vu l'âge des vétos par ici, ça ne va pas s'arranger !! Alors MERDE ! tant pis et au diable toutes ces "obligations " et autres paperasses inhumaines !
  • 13/01/2017 à 10:46
    veto retraité
    alerter
    Pour limiter la perte de temps le plus simple est l'envoi de la copie de l'ordonnance. le vrai problème est l'exploitation de l'ensemble des documents reçus par des "fonctionnaires" par forcément compétents. Ceux-ci n'auront évidemment aucune notion de l'environnement, des circonstances, de l'éleveur concerné, etc.
    Bref une mesure pas très valable.
  • 13/01/2017 à 11:23
    michele
    alerter
    C'est du grand n'importe quoi ! les pharmaciens déclareront,bien sùr,la plaquette d'antibio qu'ils ont vendu à Mme Michu parce que nous ,on redemandait à voir le chien ,mais les pharmaciens ,eux "ils sont arrangeants.." bien sur que non! Et bien moi non plus ,je n'ai pas l'intention de m’embêter encore plus avec de la paperasse,et je pense que si on faisait tous bloc,on serait peut etre écoutés..Faudrait il encore que nous soyons représentés par des personnes décidées à donner de la voix dans les ministères,je suis étonnée que nos représentants n'aient pas été capable de décrire le quotidien d'un véto pour expliquer que ,non,il ne pouvait pas faire une déclaration dès qu'il redonnait le surlendemain de la consult un nouveau tube de fradexam car le proprio avait marché dessus...
  • 13/01/2017 à 22:57
    pchi
    alerter
    Bien sûr qu'il faut résister! Et tous ensemble Tous ensemble!
    L'année prochaine ce sera la déclaration du nombre d'aiguilles...
    ...et l'année d'après: les compresses !!!!
    C'est la revanche des gouvernants après notre "succès" à la manif:
    D'abord les antibiotiques critiques et à présent la déclaration du nombre de comprimés d'amoxicilline pour le chat de la rue d'en face après morsure ou pour le chien qui s'est cassé l'ongle en grattant à la porte!
    Le syndicat nous dit qu'il n'a pas été écouté à la dernière réunion au Ministère mais a-t-il parlé assez fort?
  • 14/01/2017 à 00:23
    Pinpin
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 15/01/2017 à 13:35
    Pinpin
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 15/01/2017 à 21:08
    Bernard Lefebvre, Vétérinaire
    alerter
    Effectivement, je suis pour la résistance passive.
    En d'autres temps nous eussions tous souhaité qu'existât une résistance passive et pour des choses autrement plus graves. Donc, cette fois-ci, ne ratons pas l'opportunité.
    Résistons !
  • 18/01/2017 à 23:48
    Anne-Marie Galès, Vétérinaire
    alerter
    Totalement irréalisable en terme de temps dédié à cette obligation chronophage s'ajoutant à tant d'autres , sauf à la rigueur si:
    mise en place d'une adresse internet où nous pourrons envoyer par mail nos ordonnances
    contribution des concepteurs de logiciels véto (à qui nous réglons scrupuleusement des frais d'assistance et de mise à jour) pour créer à partir des fiches clients les listings des ordonnances du jour/semaine/mois mentionnant des antibiotiques, voire des listings d'antibiotiques filtrés à partir de ces ordonnances
    Mais que doit-on communiquer, l'antibiotique seul? Cela pourrait se faire alors au niveau de la centrale d'achat.
    L'identité de l'animal? Louable traçabilité de la chair destinée à la consommation humaine, mais en cas de difficultés économiques, il semblerait que nos concitoyens préfèrent la fréquentation des Restaurants du Coeur à la dégustation du chien de la famille (qui plus est, one shot).
    L'identité du propriétaire? Petite gêne quant à la confidentialité, non?

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...