La profession passée au crible

Clarisse Burger | 12.01.2017 à 14:13:23 |
La profession passée au crible
© tolgart - iStock

L’Observatoire national démographique de la profession vétérinaire devient un outil précieux afin de mieux déceler les évolutions d’un secteur d’activité en pleine mutation.

« L’Ordre avait besoin de données démographiques relatives à la profession. Il était aussi nécessaire qu’il restructure et modernise sa mission administrative et son système d’information. Cette mission indépendante est un service que l’Ordre a accepté de rendre au pays », a expliqué Michel Baussier, président d’honneur de l’Ordre, à l’occasion de la présentation du premier atlas démographique de la profession vétérinaire, en décembre dernier. L’Observatoire national démographique de la profession vétérinaire (ONDPV) délivre aujourd’hui un ensemble de données fiables, relatives à l’exercice et à l’activité vétérinaires. Cet outil devrait servir non seulement à accompagner les professionnels dans leur parcours, mais aussi à apporter des pistes de réflexion sur leur avenir au ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. Plusieurs acteurs (CARPV, DGAL, DGER, CGAAER, corps des ISPV, Ordre, Direction générale des entreprises du ministère de l’Économie et des Finances) ont contribué à l’élaboration de cet atlas.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 10 et 11 de La Semaine Vétérinaire n° 1702.

Clarisse Burger
4 commentaires
avatar
Stéphane Meallier, Vétérinaire le 12-01-2017 à 21:07:39
Eh bien on est très content. Quant aux conclusions de l'ONDPV, visiblement personne n'en a rien à foutre puisqu'il n'en est question nulle part.
avatar
Clarisse Burger, Vétérinaire le 13-01-2017 à 09:23:02
L'article complet sur le sujet est publié dans La Semaine vétérinaire du 13 janvier 2017, avec une infographie reprenant une partie des chiffres de l'atlas démographique de la profession vétérinaire, accessible sur le site de l'Ordre.
avatar
Asquaw le 13-01-2017 à 22:01:22
oui, bon, ça ne fait que confirmer ce que l'on voit déjà sur le terrain depuis plusieurs années et qui s'aggrave fortement d'années en années : la disparition des vétérinaires ruraux et mixte ruraux ...surtout dans les régions difficiles ( centre, massif central...) ... et qui va plonger encore plus rapidement vu que les vétos restants sont "vieux" et proches de la retraite à +/- court terme ( plus de 55 ans en général ) , qu'il est difficile de faire de grosses structures dans ces régions car les distances sont trop grandes ... et que les jeunes ne les trouvent pas attractives ... que deviendrons-nous pauvres vétos esclaves de nos clients par manque de vétos et que deviendrons ces clients quand nous fermerons boutique ???? ça par contre , rien dans cet observatoire, et à part de nouvelles obligations , interdictions ou contraintes, rien n'est proposé pour améliorer la situation ... sauf finir de nous dégouter du boulot à force de paperasse coercitive... je pense de plus en plus arrêter la rurale ... physiquement et moralement à bout ... pourtant j'aimais mon métier ....
avatar
harpyopsis le 15-01-2017 à 17:14:42
Asquaw, je plusoie sans réserve en effet, sur tous les points ! (du 63 en Hautes Combrailles).
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...