Médicament vétérinaire, ce qu’il faut retenir de 2016

05/01/2017 | Le Point Vétérinaire.fr
Médicament vétérinaire, ce qu’il faut retenir de 2016
© La Semaine Vétérinaire

Les mois écoulés ont été riches en événements pour le médicament vétérinaire, en particulier en ce qui concerne la prescription et la délivrance d’antibiotiques.

En 2016, plusieurs textes réglementaires encadrant la prescription et la délivrance d’antibiotiques en médecine vétérinaire ont été publiés. Dès le 1er avril 2016, des antibiotiques considérés comme critiques, les fluoroquinolones et les céphalosporines de dernières générations (C3G/C4G), sont interdits pour un usage préventif en médecine vétérinaire. La métaphylaxie et l’usage préventif restent possibles sous certaines conditions : la réalisation préalable d’un examen clinique et d’un antibiogramme, si cela est possible, selon des normes spécifiques. Toutefois, en cas d’urgence, la prescription d’un antibiotique critique est autorisée avant la réalisation d’analyses. Par ailleurs, une cinquantaine d’antibiotiques critiques utilisés en médecine humaine sont également interdits d’usage en médecine vétérinaire, à l’exception notamment des fluoroquinolones oculaires pour animaux de compagnie et équidés. Les praticiens sont accompagnés dans la mise en œuvre de ces mesures. L’Association française des vétérinaires pour animaux de compagnie (Afvac) a ainsi présenté, en novembre 2016, 40 fiches de recommandations en antibiothérapie pour la filière animaux de compagnie. Par ailleurs, l’accent a été mis sur le contrôle des praticiens. Pour la première fois, la Direction générale de l’alimentation (DGAL) a publié son programme national d’inspection de la pharmacie vétérinaire. Sans grande surprise, la DGAL s’intéressait particulièrement à la prescription d’antibiotiques (contenu des ordonnances). Autre changement à venir à partir du 1er avril 2017 : les vétérinaires devront, chaque mois, déclarer toute cession d’antibiotiques au ministère de l’Agriculture. Cette déclaration devra préciser les quantités vendues ainsi que le contenu de la prescription (les animaux concernés, la durée du traitement, la posologie, etc.). Cette obligation pèse également sur les laboratoires pharmaceutiques, les distributeurs en gros et les pharmaciens. Par ailleurs, les eurodéputés interdisent, au cours des discussions sur le projet de règlement européen sur le médicament vétérinaire, l’antibiothérapie préventive et la vente en ligne des antibiotiques.

Michaella Igoho-Moradel

Les dernières réactions

  • 07/01/2017 à 08:05
    veterinaire
    alerter
    Bousaid
  • 07/01/2017 à 09:57
    CURSINU71
    alerter
    et on se laisse faire sans rien dire ?
  • 08/01/2017 à 12:51
    Guillaume Collignon, Vétérinaire
    alerter
    On laisse faire, oui, comme souvent.

    En espérant à tort que, dans l'apocalypse générale, les indésirables de la profession y laissent leur business. Et nous avons tort, car ces confrères-là trouveront toujours une solution de repli, au moins aussi intéressante financièrement. Donc échec cuisant et annoncé face aux coliseurs de médicaments.

    Cependant, le plus dérangeant dans l'ensemble du plan écoantibio, est qu'aucune disposition n'existe pour la médecine humaine.
    Or, a minima, les médecins "humains" devraient être concernés au moins autant si ce n'est plus, que les médecins "vétérinaires".
    Serait-ce une nouvelle mesure nous éloignant encore un peu plus du statut de "profession de santé" ?
  • 08/01/2017 à 13:15
    CURSINU71
    alerter
    C'est évident.
    Pour ma part je ne compte pas plier.
  • 09/01/2017 à 20:01
    Kol
    alerter
    Bien évidemment d'accord avec les messages d'hier ... De plus..,
    Je reste PLUS QUE SCEPTIQUE devant une telle mesure, INAPPLIQUABLE ... QUI aura le courage , le soir, après les consults, les derniers soins au chenil, la compta voire pour certains le ménage, les gardes ... de faire un tel recensement ..
    ET QUI s'occupera , au Ministère, de gérer, recenser, trier ... ces données qui donc seront supposées arriver par milliers ..????? Le Ministère a donc les moyens financiers et humains ????
    J'adore mon métier depuis 30 ans, pourtant j'aspire de plus en plus à la retraite ( et c'est pas demain !!!!!!!)
    Que fait on ?? Une pétition à l'Ordre et au Syndicat et au Ministère ??? Les vétos n'ont pas eu besoin de coups de bâton pour baisser les délivrances de 30% non???? C'est lamentable ...

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité