Liens entre stérilisation et apparition de troubles immunitaires

05/01/2017 | Le Point Vétérinaire.fr
Liens entre stérilisation et apparition de troubles immunitaires
© Philippe Zeltzman

Six maladies auto-immunes évaluées dans une étude américaine s’avèrent plus fréquentes chez les chiens stérilisés, soutenant le concept que la stérilisation peut avoir un impact néfaste sur la santé et justifier une discussion du vétérinaire avec les propriétaires.

La stérilisation chirurgicale est couramment employée pour le contrôle de la population animale et pour conférer des avantages en matière de santé et de comportement. Aux États-Unis, près des 64% des chiens sont stérilisés après l'âge de 6 mois. Certains pays comme la Suède, où 98,9% des chiens sont intacts, considèrent cette procédure inutile voire indésirable. Une prévalence accrue d’obésité et certaines affections néoplasiques (carcinome des cellules transitionnelles de la vessie, hémangiosarcome, ostéosarcome et lymphome) notamment est corrélée avec la stérilisation. Une nouvelle étude (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5146839/) ajoute des arguments en défaveur de cette intervention, avec un possible lien avec une augmentation de l’incidence des affections dysimmunitaires . Un risque significativement plus élevé Les dossiers des patients (90 090) de l'hôpital universitaire de Davis (Californie) ont été analysés. Les résultats révèlent que les chiens stérilisés présentent un risque significativement plus élevé (entre 1,5 et 3 fois plus) pour la dermatite atopique, l’anémie hémolytique auto-immune, l'hypocorticisme, l'hypothyroïdie, la thrombopénie à médiation immune, les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin par rapport aux chiens intacts. De même, les femelles stérilisées sont plus à risque que les mâles castrés pour l’ensemble des affections, hormis l’anémie hémolytique auto-immune et l'hypocorticisme. Les femelles stérilisées ont un risque significativement plus élevé de lupus érythémateux systémique par rapport aux femelles intactes. D'autres études sont nécessaires pour confirmer ces résultats. Quoiqu’il en soit, les données soulignent l'importance d’une conversation réfléchie entre vétérinaire et propriétaire sur les avantages et les risques potentiels liés à la stérilisation. Retrouvez l'intégralité de cet article en page 20 de La Semaine Vétérinaire n°1701.

Alexis Lecoindre

Les dernières réactions

  • 08/01/2017 à 12:51
    Guillaume Collignon, Vétérinaire
    alerter
    Mais où va notre profession "scientifique", lourdement formée dans des Grandes Ecoles, si on tombe dans le panneau de la statistique...
    Pour démontrer un effet, positif ou négatif, d'un traitement ou d'une intervention, il faut, non seulement une étude statistique, mais aussi et surtout un mécanisme physiopathologique expliquant le phénomène.
    Sinon, c'est de l'empirisme : parfois c'est vrai, et parfois on se plante... les exemples sont tellement nombreux !
    Et d'autant plus dans des études statistiques qui sont malgré tout truffés des biais les plus variés, pas toujours faciles à déceler.
    Donc, désolé pour les statisticiens, mais pour les scientifiques rigoureux que nous essayons d'être, il faut plus que des études statistiques pour établir une démonstration convaincante.
  • 10/01/2017 à 15:17
    chdutot
    alerter
    Effectivement, il faudrait un lien de causalité!!! Si l'on considère que la consommation de glace est plus importante en été et que les morts par noyade sont plus fréquentes en été, peut-on en conclure que manger de la glace augmente le risque de mourir par noyade!!!!
  • 11/01/2017 à 09:01
    Lostdog
    alerter
    Cette allusion me rappelle un petit cours d'épidémio...

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...