Le vétérinaire, sentinelle de la santé animale

Michaella Igoho | 08.09.2016 à 17:09:12 |
Eleveur avec ses vaches
© Frédéric Decante

La loi de santé animale met l’accent sur la prévention en clarifiant notamment les responsabilités de chaque acteur de la chaîne. Le vétérinaire y joue un rôle crucial.

Après de longues discussions, la loi de santé animale a été adoptée par le Parlement européen en mars 2016. Il vise principalement à mieux prévenir et lutter contre les maladies transmissibles de l’animal à l’homme. Ce nouveau cadre juridique, qui est le résultat d’un regroupement de 45 textes, relie plusieurs problématiques comme la santé animale, la santé publique et le bien-être animal. Il définit de façon plus claire les rôles et les responsabilités de chaque acteur : vétérinaires, professionnels de la santé, opérateurs, professionnels des animaux et détenteurs d’animaux de compagnie, laboratoires vétérinaires, mais aussi États membres. Dès les premiers considérants, il est stipulé que les vétérinaires jouent un rôle essentiel dans tous les aspects de la gestion de la santé animale et le texte vient fixer les règles générales afférentes.

Le vétérinaire “loi de santé animale” est celui qui…
La loi implique le vétérinaire dans la prévention et la lutte contre les épidémies de maladies animales transmissibles. La partie dédiée aux différents acteurs le concerne directement.
Il est reconnu que les vétérinaires praticiens possèdent des connaissances, des compétences et des qualifications professionnelles qui font d’eux des acteurs principaux dans la mise en œuvre des mesures de prévention, mais aussi dans la sensibilisation des autres maillons de la chaîne. De ce fait, ils seront tenus de prendre des dispositions afin de prévenir l’introduction, le développement et la propagation des maladies. Ils devront aussi permettre leur détection « précoce », en fonction d’un diagnostic et d’un « diagnostic différentiel en bonne et due forme afin d’infirmer ou de confirmer la présence d’une maladie avant le début de tout traitement symptomatique ». Pour ses actions, le vétérinaire travaille avec les autorités sanitaires, les détenteurs d’animaux de compagnie et les professionnels des animaux afin de les accompagner dans la mise en œuvre des mesures de prévention et de lutte, concernées par la nouvelle réglementation et ciblant les maladies animales.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 42-47 de La Semaine Vétérinaire n° 1686.

Michaella Igoho
3 commentaires
avatar
Guillaume Collignon, Vétérinaire le 09-09-2016 à 07:55:18
La photo... me laisse sans voix...
avatar
Kol le 09-09-2016 à 11:56:34
Le vétérinaire "loi santé animale" ....
Mais QUAND va t -on cesser de nous placer entre le marteau et l'enclume ??... Je lis "diagnostic différentiel en bonne et due forme" .. Sera t on obligé, à terme, d'effectuer des tests systématiques ( sérologie lepto notamment) dès la première gastro hémorragique que nous verrons en consult ?? Les propriétaires suivront ils ?? Quand je pense que nous voyons de plus en plus d'incivilités ( financières - impayés, chèques en bois..) , et que nous sommes de plus en plus obligés de multiplier les actes "obligatoires " que NOUS facturons ( passeport, antibiogrammes ..) , nous entraînant dans l'étiquette triviale "véto pompe à fric" ... ce n'est pas mon éthique, ce n'est pas mon choix ..Il est courant de traiter et isoler tout malade suspect comme "potentiellement dangereux" et de prévenir l'entourage "au cas où) ..
Pour le reste, je pense de plus en plus à nos pauvres futurs confrères (-soeurs) qui seront Véto-formatés , s'occupant d'une clientèle formatée avec des animaux formatés .. Quant aux propriétaires, les revenus modestes iront s'acheter un Tamagoschi plutôt qu'un animal de compagnie ... M'enfin, tous n'auront connu que ça, il n'est pas certain qu'ils en éprouvent de quelconque remords ..

Nous faisons le plus beau métier du monde, bien sincèrement à tous.
avatar
Lostdog le 09-09-2016 à 22:46:06
Je crois que nous avions déjà vu la même photographie de profil il y a quelques mois.
Cela fait toujours aussi froid dans le dos...
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK