La prophylaxie, une activité non rentable

Le nom de l'auteur ici | 09.06.2016 à 11:35:01 |
Un vétérinaire vaccinant une vache
© Frédéric Decante

Le CGAAER a été saisi afin d’« expertiser les modalités de fixation des tarifs de prophylaxie ». Son analyse dresse un portrait critique de la situation et souligne une faible rentabilité pour les vétérinaires sanitaires.

À la suite d’une grève des vétérinaires sanitaires de Mayenne, le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) a été saisi afin d’analyser les modalités de fixation des tarifs de prophylaxie, tarifs déterminés par convention départementale entre les éleveurs et les vétérinaires. Cinq recommandations ont été émises : réviser les textes relatifs aux prophylaxies dans un souci de cohérence (en particulier la nomenclature), renforcer le contrôle des campagnes de prophylaxie, garantir la sécurité juridique des décisions d’arbitrage des préfets, recourir à des expertises comptables pour fixer les tarifs et progressivement mettre en place une tarification nationale.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 13-14 de La Semaine Vétérinaire n° 1678.

16 commentaires
avatar
Nicolas Muller, Vétérinaire le 09-06-2016 à 14:35:11
Vires la poubelle, et demandes à monter dans le godet du tracteur, tu gagneras en rentabilité !!!
avatar
jacques coq le 09-06-2016 à 16:36:51
exact, Nicolas !
... et non accessoirement, ça contribuera à préserver son intégrité physique.
avatar
Jean-Yves Thiercy, Vétérinaire le 09-06-2016 à 18:32:35
la sécurité laisse à désirer chez certains éleveurs qui ne respectent plus rien... et pas seulement le jour de la prophylo !
avatar
Nicolas Dumont, Vétérinaire le 09-06-2016 à 21:09:52
cette photo fait froid dans le dos , jusqu'où sommes nous prêts à prendre des risques pour une prise de sang !!
avatar
Laurent Masson, Vétérinaire le 09-06-2016 à 22:26:31
ah ah ! , se mettre 2 m derrière une Aubrac c'est effectivement vouloir se prendre un pied à 200km/h dans la gueule... Ou alors c est un débutant, envoyé lâchement au front, par un vieux véto plaqué, qui lui aussi étant jeune a fait le guignole sur une poubelle....
avatar
pvinot le 10-06-2016 à 07:11:10
Mettre le client, en situation , qu’il aide à tenir les queues, la seance suivante sera différente, il faut savoir s’imposer, voire refuser de telles conditions dangereuses






avatar
Bruno Carlus, Vétérinaire le 10-06-2016 à 12:22:21
7années d'études après le bac pour en arriver là....
C'est sûr ça va motiver les jeunes confrères.
avatar
Bruno Carlus, Vétérinaire le 10-06-2016 à 12:24:34
Au moins on bosse l'équilibre ! Bon pour le ski ou la planche à voile!
norbert
avatar
nico85 le 10-06-2016 à 12:25:56
Vas faire du ski ou de la planche à voile avec un genou en titane ...
avatar
Torres24 le 11-06-2016 à 10:00:58
Passionné de rurale, ayant exercé à l'étranger sur des gros troupeaux bos indicus (plus de 500 bêtes) je ne me sui
avatar
Torres24 le 11-06-2016 à 10:14:27
... je ne me suis jamais senti physiquement en danger car il y avait des structures adaptées.
La réalité dans nos campagnes (absence de couloirs de contention adaptés à la taille des troupeaux) avec en plus la pression des DDCSPP (perderons nous le statut indemne tuberculose en 2016 où 2017... ), la faible rémunération des missions sanitaires me font choisir d'ouvrir une structure exclusivement animaux de compagnie.
Eh oui... les années passent... la raison l'emporte. Et je vois des structures importantes abandonner l'activité rurale... Le fameux maillage disparaît, notre implication dans ce que je pense être notre mission la plus importante (je ne dénigre pas des autres) participer à assurer la sécurité alimentaire s' efface. Il restera à l'état où aux coopératives d'embaucher des vétérinaires comme c'est le cas pour de nombreuses filières hors sol. Dommage
avatar
Silvain le 12-06-2016 à 10:38:10
Rassurez vous: le vieux véto veille: il prend la photo ;-)
avatar
sevy61 le 12-06-2016 à 11:09:50
Prophylaxie suicidaire!
Une telle illustration de cette activité fait froid dans le dos...
Il faut refuser de faire des ps dans ces conditions. C'est de la folie douce!!
Qui plus est, dans une telle position vous passez pour un guignol devant l'éleveur !
avatar
jacques coq le 12-06-2016 à 11:22:55
Excellente, Sylvain :)
à titre info, je me suis fait savater sèchement en avril, une belle béquille comme ça faisait bien 35 ans que je n'en avais pas reçu : elle a réussi à m'aligner à travers les barres du couloir. je n'avais pas imaginé que c'était possible. Ben ça l'est. Pourtant un couloir standard, 7 tubes de mes pieds à 1.65 m de haut. alors faites gaffe...
avatar
lolo le 12-06-2016 à 11:56:29
+1 Sylvain +1 Jacques
avatar
veto retraité le 13-06-2016 à 23:07:45
Les prophylaxies restent une activité à risque physique. Souvent les éleveurs prennent les prophylaxies pour une contrainte. De cette optique un certain nombre d'éleveurs sont complètement irresponsables dans la contention de leur animaux.. Souvent ils en sont les premiers effrayés. A force de ne plus avoir une relation avec leur bétail les éleveurs ne sont plus des éleveurs mais des gestionnaires de l'élevage, alors ne soyons pas surpris que les animaux deviennent sauvages.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...