Des confrères victimes des inondations s’organisent

Serge Trouillet | 09.06.2016 à 11:02:21 |
Le centre-ville inondé de Nemours, en Seine-et-Marne.
© Véronique Popiel

Directement touchés par les inondations ou impactés dans leur activité, certains vétérinaires n’ont pas échappé aux conséquences.

Les pluies diluviennes qui se sont abattues en France depuis le dernier week-end de mai, notamment sur le Centre et le Nord, ont provoqué de nombreux dégâts : villes inondées, voitures emportées, habitants évacués. À Paris, il est tombé l’équivalent de trois mois de pluie en 30 jours et le record pour un mois de mai a été battu. À Longjumeau, dans l’Essonne, le centre-ville a été évacué et 2 500 personnes sont restées sans électricité. À Montargis, dans le Loiret, la préfecture a été noyée sous 1,80 m d’eau. À Châtillon-Coligny, toujours dans le Loiret, et à Joigny, dans l’Yonne, les cliniques vétérinaires, si elles ont été préservées par la montée des eaux, n’en ont pas moins constaté des désistements : « De nombreux clients, qui subissent déjà la grève des transports et la pénurie d’essence, ont annulé leur rendez-vous en raison des inondations dont ils sont victimes ; ils ne viennent qu’en cas d’urgence absolue. »

Retrouvez l'intégralité de cet article en page 23 de La Semaine Vétérinaire n° 1678.

Serge Trouillet
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK