Complémentaire santé : un système complexe et décevant

Clarisse Burger | 12.05.2016 à 10:41:20 |
Dessin chirurgiens
© Artisticco – iStock

La généralisation de la complémentaire santé collective dans les entreprises du secteur privé pourrait se montrer, à l’avenir, peu efficace pour les assurés, avec un système de garanties et de frais de gestion qui s’avère opaque.

Depuis le 1er janvier 2016, les entreprises du secteur privé ont l’obligation de proposer une couverture complémentaire santé collective à leurs salariés, qu’elles cofinanceront à hauteur d’au moins 50 % (en complément des garanties de base d’assurance maladie de la Sécurité sociale). L’objectif initial de l’État est de réduire les dépenses de santé et d’améliorer l’accès aux soins de tous les Français (loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi). Toutefois, ces nouveaux contrats collectifs garantissent un panier minimal de soins et disposent de plafonds de remboursement.
On assiste aujourd’hui à un phénomène de régression et de démutualisation. Le système actuel de couverture complémentaire avec une gestion du risque se révèle peu efficace. Le point avec Frédéric Bizard, économiste, spécialiste des questions sociales de santé, professeur à Sciences Po et docteur vétérinaire (A 91), auteur de l’ouvrage Complémentaires santé : le scandale ! (Dunod, 2016).

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 10-11 de La Semaine Vétérinaire n° 1674.

Clarisse Burger
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...