Règlement sur les médicaments vétérinaires : l’harmonisation en marche

06/05/2016 | Le Point Vétérinaire.fr
Parlement européen
© Anthony Le Breton

Le Parlement européen a adopté, en mars dernier, le règlement sur les médicaments vétérinaires. Si ce texte est définitivement entériné cette année, sa transposition en droit français interviendra d’ici 2018. Un projet ambitieux. Est-il pour autant une véritable révolution pour le secteur vétérinaire ?

La révision de la réglementation européenne qui encadre la vie du médicament vétérinaire était considérée comme indispensable pour remédier aux disparités existantes entre les États membres. À l’origine de cette proposition, la Commission européenne partait du constat que des règles spécifiques étaient nécessaires pour ces produits pour garantir un niveau élevé de santé publique et animale. En septembre 2014, un projet de règlement a été présenté aux États membres avec plusieurs objectifs afin de créer un marché unique des médicaments vétérinaires, inaugurant ainsi au niveau européen la première base juridique pour ce secteur, ce qui est une révolution. Le texte vise notamment à accroître la disponibilité des médicaments vétérinaires, à alléger les charges administratives, à stimuler la compétitivité et l’innovation, mais aussi à lutter contre la résistance aux antibiotiques. La Commission a d’ailleurs fait de ce dernier point l’une des problématiques centrales de ce texte.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 48-53 de La Semaine Vétérinaire n° 1673.

Michaella Igoho

Les dernières réactions

  • 06/05/2016 à 14:09
    Nicolas Muller, Vétérinaire
    alerter
    "accroître la disponibilité des médicaments vétérinaires, à alléger les charges administratives, à stimuler la compétitivité et l’innovation, mais aussi à lutter contre la résistance aux antibiotiques"

    Si je comprends bien, les médicaments seront plus abordables (vous donnez le sens que vous voulez au mot abordable), tout en voulant lutter contre l'antibio-résistance ... Pas convaincu !
  • 06/05/2016 à 17:50
    choucroute
    alerter
    On va les trouver sur le net , envoyez un scan de votre ordonnance et ça va arriver via amazon ....
  • 07/05/2016 à 14:10
    André Nivelle, Vétérinaire
    alerter
    j ai lutté pendant 40 ans contre le fait qu'un médicament vétérinaire soit considéré comme une lessive ! c'est à dire toujours moins cher, toujours plus de ristourne par vente en paquet de 12 ou en flacon d'un litre ou de cinq litres !
    Aujourd'hui et demain encore plus, on va vendre tous les médicaments sur amazone avec un diagnostic sur Facebook! .... et on veut prétendre lutter contre l'antibio-résistance ... en emmerdant surtout le praticien qui ,dans sa clinique ou à la ferme ne va pas pouvoir utiliser tous les médicaments ( ce que je trouve tout à fait normal, il n'est pas nécessaire de prendre un canon pour tuer une mouche! Mais non au deux poids deux mesures non à la disponibilité tous azimuts qui va contre la lutte irraisonnée de l'utilisation du médicament vétérinaire.
    Un véto mixte à la retraite et content d'y être!!! au regard de la connerie administrative( et les lobbies) qui nous dirigent
  • 11/05/2016 à 12:04
    veto33
    alerter
    vous pouvez déjà trouver des fluoroquinolones (pure) à 30 dollars le kg sur alibaba… alors les règles européenne...
  • 11/05/2016 à 19:12
    Guillaume Collignon, Vétérinaire
    alerter
    Hélas, la machine est déjà en marche, et depuis plusieurs années !
    Le mot même "vétérinaire" a disparu de quasiment toute l'administration (c'est tout un symbole), le nouveau CDD nous considère désormais ouvertement non plus comme des "médecins vétérinaires confraternels" mais comme des "commerçants concurrents". Et ce discours populiste envers la population agricole va bien dans le même sens, promettant une baisse des prix... sans aucun sacrifice sur le service ? bien au contraire...
    Aujourd'hui, les éleveurs appellent chez mestrallet et ses potes pour avoir le "bon" (ou le mauvais...) conseil, et se font expédier les médocs "au meilleur prix". Nous savons tous que cette vision fallacieuse de la médecine vétérinaire est au final contre-productive pour l'élevage, mais, aveuglé par la guerre des prix, l'éleveur met le doigt (et le bras !) dans l'engrenage, croyant faire des économies sur les actes en consommant plus de caisses de médicaments... et compte les morts !
    Les vétérinaires se désintéressent ainsi progressivement de la rurale, principalement à cause du manque de pérennité de l'activité, et non pour des raisons humaines comme on tente parfois de nous le faire croire !
    Le législateur se fiche TOTALEMENT de la disparition des vétérinaires en milieu rural, guidé par quelque lobbies agricole aveuglé. Au final, après notre disparition, qui en fera les frais ? L'éleveur, naturellement, mais aussi l'animal...
    Tant que notre agonie n'est pas terminée, il est encore temps de changer les choses, à nous de nous battre collectivement en faisant entendre les bons arguments au bon endroit !
  • 22/06/2016 à 10:08
    François Mestrallet, Vétérinaire
    alerter
    @Guillaume Collignon

    Pas de fausse indignation svp ni de suppositions gratuites à mon égard !
    Je suis largement scandalisé par ces recommandations mais surement pas pour les mêmes raisons et bien certain que la recommandation du vétérinaire unique admis à prescrire hors examen clinique vous comble d'aise.
    Ce serait la porte ouverte à l'intimidation de l'éleveur par son vétérinaire sanitaire et au chantage aux médicaments.
    Mais comme toute médaille a son revers ça sonnera probablement le glas de la confusion entre vétérinaire sanitaire et vétérinaire conseil de l'élevage pour un conflit d'intérêt évident.
    Nous aurons donc le vétérinaire qui va examiner l'animal et prescrit dans la foulée de son examen et qui sera probablement le vétérinaire sanitaire mais interdit de BSE-PS, le vétérinaire conseil qui fera le BSE-PS et fera une prescription de protocole de soins valable 1 an pour une délivrance exclusivement par les pharmaciens qui se feront alors une joyeuse guerre des prix.
    Je pense que les vétérinaires "de terrain" réaliseront alors qu'ils sont déjà depuis longtemps presque exclusivement des vétérinaires conseils qui profitent à plein du décret prescription- délivrance en vendant des médicaments au comptoir hors examen clinique et que vous ne regrettiez amèrement le système actuel et ses Mestrallet

  • 22/06/2016 à 15:34
    nico85
    alerter
    François ... je veux bien te laisser la délivrance ... mais tu prendras aussi aussi la pique merdique et le vêlage sur veau mort de minuit ! Moi, je ne serais pas disponible !
  • 22/06/2016 à 16:53
    okapi
    alerter
    Merci Nico
    trop aimable !

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...