Un diagnostic vital pour sauver des vies animales… et humaines

Anne-Claire Gagnon | 21.04.2016 à 14:32:39 |
Freda Scott-Park
© Anne-Claire Gagnon

Le dernier congrès de la BSAVA a été celui de la maturité, symbolisant l’union de toutes les associations vétérinaires britanniques autour de la protection des animaux, notamment victimes de sévices. D’autant que jusqu’à la maltraitance humaine, il n’y a qu’un pas, comme le rappelle The Links Group.

The Links Group est né en novembre 2001, quand Freda Scott-Park, ancienne présidente de la British Veterinary Association (BVA) et de la British Small Animal Veterinary Association (BSAVA), a découvert ce qu’était la maltraitance animale aussi bien qu’humaine. Les chiffres parlent d’eux-mêmes et sont pétrifiants?: une femme meurt de mauvais traitements tous les trois jours en Grande-Bretagne, et dans bien des cas des vétérinaires auraient pu détecter un indice et empêcher l’irrémédiable, l’animal étant, comme les femmes et les enfants, victime de la même fragilité. En Grande-Bretagne, 81 % des victimes de violence sont des femmes, 19 % des hommes.

Retrouvez l'intégralité de cet article en page 14 de La Semaine Vétérinaire n° 1671.

Anne-Claire Gagnon
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK