Vétérinaires et ministère : le contrat de confiance ?

Stéphanie Padiolleau | 07.04.2016 à 14:42:02 |
Stéphane Le Foll
© Stéphanie Padiolleau

Des changements dans le réseau des vétérinaires sanitaires sont en cours de réflexion. Les grandes lignes du projet ont été abordées lors de l’assemblée générale de la SNGTV, en présence du ministre de l’Agriculture.

« Un signe fort adressé aux vétérinaires. » C’est sur ces mots que Christophe Brard, président de la Société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV), a salué la présence de Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, lors de l’assemblée générale des GTV, le 31 mars dernier.
Un signe fort adressé aux praticiens, piliers parfois bénévoles de la politique sanitaire française, mais aussi une reconnaissance de la place qu’occupe la SNGTV, devenue un partenaire incontournable sur la table des discussions pour tout ce qui touche les confrères impliqués dans les productions animales et les vétérinaires sanitaires (canins compris !). En 2015, pour la troisième année consécutive, la SNGTV connaît une augmentation de ses adhérents, avec un total de 2 191 vétérinaires sur environ 2 500 praticiens ayant une activité significative en productions animales.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 10-11 de La Semaine Vétérinaire n° 1669.

Stéphanie Padiolleau
2 commentaires
avatar
Valérie Leclerc, Vétérinaire le 08-04-2016 à 12:03:32
Hasard de l'actualité, le jeudi 31 mars, dans le cadre de mon étiquette véto sanitaire, rémunéré par l'Etat, en cette fin de tournée (presque 200 PS sur la matinée et plus de 1600 sans coup de pied sur toute la campagne), l'avant dernière vache s'est prise pour un cheval et m'a envoyé voler 3 m plus loin. Fracture du cubitus droit et contusions costales (ça aurait pu être bien pire !!!) assorties de 2 mois d'arrêt. Et la DDCSPP s'en contrefiche !!!
Le bénévolat pourquoi pas. Les bons petits soldats qu'on mobilise en fonction des crises et qu'on jette ensuite sans préavis et indemnités pourquoi pas. Si je faisais le tiers à mes salariés je serai bonne pour les prud'hommes.
Mais là, 2 mois d'arrêt, trouver un remplaçant pour que mes associés puissent souffler un peu, penser que dans 2 mois je vais devoir repartir "au cul des vaches" coûte que coûte parce que crédits, URSSAF, RSI et compagnie ... Tout ca à cause d'une prise de sang payée moins de 3€ et aucune prise en considération de mon choc psychologique. Merci l'Etat mais franchement ce fameux "mandat sanitaire" que m'apporte-t-il?
avatar
veto retraité le 11-04-2016 à 21:34:20
Restons lucides sur nos relations avec le ministère de l'agriculture. Ce ministère n'a aucun état d'âme vis à vis de ses collaborateurs libéraux!
Deux exemples qui montrent l'indifférence et pire qui démontrent le MEPRIS du ministère de l'agriculture envers les vétérinaires praticiens.
Premier exemple: Le cas des vétérinaires inspecteurs vacataires en exercice avant 1984 qui auraient dû être titularisés dans le corps des vétérinaires inspecteurs (titulaires) dans l'application de la loi LE PORS. Ceux de nos confrères qui ont gagné en Conseil d'Etat ont été reclassés comme fonctionnaires d'ETAT dans le corps des ITA devenu IAE alors que la loi LE PORS indiquait le corps le plus proche de leur fonction ce qui les incorporait dans le corps des vétérinaires inspecteurs.
Deuxième exemple: le cas des vétérinaires sanitaires dont l'Etat refuse de payer leur retraite pour la période 1950-1990. L'Etat n'a jamais payé les cotisations sociales pendant la période où les vétérinaires sanitaires avaient le statut de vétérinaire salarié de l'Etat.
L'Etat et un de ses ministères soit le MAAF est un mauvais patron qui pourrait être tous les jours assigné au prudhomme.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK