Les vétérinaires restent optimistes

07/04/2016 | Le Point Vétérinaire.fr
Vétérinaire souriant soignant un chien
© Leaf - iStock

Le 5e observatoire annuel CMV Médiforce décèle l’état d’esprit des professionnels libéraux de santé. Les vétérinaires sont plutôt bien lotis. Tour d’horizon.

Optimiste, la profession vétérinaire l’est ! Malgré un contexte socio-économique toujours pesant, elle évalue positivement sa situation actuelle, au même titre que les infirmiers et les kinésithérapeutes-ostéopathes. C’est ce que souligne la 5e édition du baromètre annuel CMV Médiforce portant sur l’activité et le moral de huit catégories de professions libérales de santé (PLS), et qui a été réalisée fin 2015. La perception des vétérinaires s’est même légèrement améliorée l’an dernier : la note est de 5,5 sur 10 versus 5,3 en 2014. Cette appréciation est plus élevée que la moyenne des professions libérales de santé sondées (4,9 sur 10) .
Et quand on les interroge sur leur situation dans les années à avenir, nos praticiens sont les plus positifs du panel sondé (note de 4,7 versus 4 pour la note moyenne des PLS). Plus de la moitié (54 %) des vétérinaires voient l’avenir de leur exercice positivement (attribuant une note comprise entre 5 et 10).
« Une fin de cycle de dépression ? », se demande la direction de CMV Médiforce qui constate qu’en 2015 le moral de ces actifs s’est stabilisé, même si le contexte général du pays, les réformes (dont la loi santé), la croissance en berne, ainsi que la révolution numérique en marche leur demandent à tous de s’adapter.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 12-13 de La Semaine Vétérinaire n° 1669.

Clarisse Burger

Les dernières réactions

  • 08/04/2016 à 06:52
    Thierry Peeters
    alerter
    Quid de la note des ruraux séparée de celle des canins ?
  • 08/04/2016 à 12:12
    Clarisse Burger, Vétérinaire
    alerter
    Bonjour,
    L'observatoire CMV Mediforce est réalisé chaque année auprès de huit catégories* de professionnels de santé, dont les vétérinaires mais dans leur ensemble; leur étude n'a pas fait de distinction entre les canins et les ruraux. Effectivement ce serait une enquête intéressante à effectuer.
    (*les 8 professions interrogées dans l'échantillon sont les médecins généralistes, les chirurgiens-dentistes, les pharmaciens, les infirmiers, les kinésithérapeutes-ostéopathes, les vétérinaires, les radiologues et les biologistes).
  • 08/04/2016 à 12:39
    Thierry Peeters
    alerter
    What a pity car cela enlève à mon sens l'intérêt de l'étude. Il est à gager que la note serait hyper pessimiste chez les ruraux (il suffit d'écouter). Vous pourriez le suggérer à Médiforce pour l'année prochaine.

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité