ESB : les conséquences immédiates

Stephanie Padiolleau | 25.03.2016 à 12:16:34 |
troupeau de vaches Salers
© Razvan-iStock

La confirmation d'un cas d'ESB entraine un retrait plus important de "matériels à risques spécifiés" à l'abattoir.

Les mesures mises en place après la confirmation du cas d'encéphalopathie spongiforme bovine dans les Ardennes ont été annoncées. Les animaux nés un an avant et un an après la vache atteinte vont être abattus, ainsi que ses produits, soit environ une centaine de bovins.

Il s'agirait d'une cas d'ESB classique, comme lors de la crise de la vache folle : la question de l'origine de ce cas est donc posée, car cette salers est née dix ans après la mise en place des mesures de maitrise de l'ESB, et donc ne devrait pas avoir été soumise à un risque de contamination alimentaire. Deux autres cas isolés ont été confirmés en Europe en 2015 sur des animaux jeunes, l'un en Irlande et l'autre au Pays de Galles. 

Le statut de la France est redevenu celui d'un "pays à risque maitrisé" pour l'ESB, avec une liste plus importante de "matériels à risque spécifié (MRS)" retirés sur les carcasses à l'abattoir que ce qui était pratiqué depuis mai 2015. 

 

Stephanie Padiolleau
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK