Le décret sur les antibiotiques critiques publié au Journal officiel

18/03/2016 | Le Point Vétérinaire.fr
antibiotiques critiques
© Catalin Rusnac - iStock
Le décret sur les antibiotiques critiques est paru ce jour au Journal officiel. Son entrée en vigueur est bien prévue au 1er avril prochain.
Le décret relatif à la prescription et à la délivrance des antibiotiques critiques est paru ce jour au Journal officiel. Dès le 1er avril, il sera interdit aux vétérinaires d’utiliser à titre préventif des antibiotiques considérés critiques. Les antibiotiques visés seront indiqués dans un arrêté encore en attente de publication. En revanche, pour les autres usages (curatif ou métaphylaxique), ils peuvent être prescrits sous conditions, ou interdits. Les conditions pour leur prescription sont la réalisation d'un examen clinique et l'obtention de résultats de laboratoire indiquant que la souche bactérienne identifiée n'est sensible qu'à cette substance antibiotique d'importance critique.  Plus d'informations dans le ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.


Abonnez-vous

Michaella Igoho

Les dernières réactions

  • 20/03/2016 à 20:52
    Laurent Masson, Vétérinaire
    alerter
    Poison d'avril ! ... ??? :-(
  • 21/03/2016 à 10:55
    Jean Claude Dupas, Vétérinaire
    alerter
    On soignera come il y a 20 ans, ... mais avec des délais d'attente multipliés par 3 ...
  • 21/03/2016 à 12:35
    Laurent Masson, Vétérinaire
    alerter
    bon moi j'ai quand même une grosse interrogation... en 9 jours on fait comment pour la gestion de nos stock d'antibio de rurale ?
  • 21/03/2016 à 14:54
    Jean Claude Dupas, Vétérinaire
    alerter
    Fais comme nous l'avons tous envisagé, mais ne le dis à personne ...
  • 22/03/2016 à 08:25
    Guillaume Collignon, Vétérinaire
    alerter
    C'est bien dans l'esprit... mais totalement irréalisable dans la pratique !
    Il va déjà falloir expliquer aux éleveurs qu'un examen clinique des animaux est obligatoire, ça va tousser vu la conjoncture.
    Mais le coup (et le coût !) de l'antibiogramme, c'est irréalisable en pratique.
    Pensez-vous que mestrallet et consort vont arrêter d'envoyer des colis de cobactan, excenel et marbocyl à partir du 1er avril ? Je demande à voir...
  • 22/03/2016 à 11:58
    Nicolas Muller, Vétérinaire
    alerter
    Très bien pour les productions hors-sol, mais en rurale ... on fait comment ?
  • 24/03/2016 à 00:08
    Diabolaut31
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 22/06/2016 à 10:14
    François Mestrallet, Vétérinaire
    alerter


    Je partage à peu près toutes les réactions qui précèdent
    @ Guillaume Collignon
    Cessez svp vos suppositions gratuites à mon égard.
    Nous avons évidemment arrêté dès le 1er Avril de vendre des Antibiotiques critiques sauf nécessité absolue justifiée par antibiogramme
  • 22/06/2016 à 10:37
    Laurent Masson, Vétérinaire
    alerter
    Pour une mammite collibacillaire à 450 km ?
  • 22/06/2016 à 15:31
    Nicolas Muller, Vétérinaire
    alerter
    gratuites, gratuites ... tout le monde n'a pas le même palmarès disciplinaire/judiciaire !
  • 22/06/2016 à 16:50
    François Mestrallet, Vétérinaire
    alerter
    Oui parfaitement "gratuites "
    zéro condamnations judiciaires ou disciplinaires
    renseignez vous !
  • 22/06/2016 à 17:21
    nico85
    alerter
    moi, je n'ai jamais eu besoin de QPC ...
  • 22/06/2016 à 17:26
    nico85
    alerter
    ce n'ai pas vraiment ce que j'ai lu ...

    "Le tribunal correctionnel de Dijona condamné, le 29 mai dernier, six vétérinaires de la Selarl “Les Essarteaux” à Longvic (Côte-d’Or) assez lourdement, pour « complicité d’exercice illégal de la médecine et de la chirurgie vétérinaires ». Chacun des vétérinaires est condamné au paiement d’une amende de 5 000 à 15 000 € et à une peine de prison avec sursis de cinq à douze mois. Ces praticiens étaient poursuivis aux côtés de quatorze éleveurs qui réalisaient eux-mêmes les césariennes sur leurs animaux, grâce aux médicaments et au matériel chirurgical que leur fournissaient ces vétérinaires. Des éleveurs qui ont tous été condamnés à une amende de 5 000 €. Les vétérinaires ont, semble-t-il, fait appel de ce jugement. L’affaire sera donc rejugée par une cour d’appel.

    François Mestrallet est le plus connu des vétérinaires condamnés qui exercent dans la Selarl “Les Essarteaux”. Il est aussi le plus lourdement sanctionné par le tribunal correctionnel (15 000 € d’amende et un an de prison avec sursis). L’activité de cette société d’exercice libéral à responsabilité limitée est en effet si étendue, notamment en termes de prescription et de délivrance des médicaments, qu’elle est amenée à concurrencer de nombreux vétérinaires impliqués dans les productions animales sur une grande partie du territoire national, de la Bourgogne à la Bretagne. Toutefois, la loi ne limite pas l’extension géographique d’un cabinet vétérinaire par rapport à son domicile professionnel."
  • 22/06/2016 à 17:39
    François Mestrallet, Vétérinaire
    alerter
    Il est bien là le problème.
    Le journal a omis de relater la relaxe par la Cour d'Appel
    J'en ai relaté les causes et le détail sur ce site je ne vais pas me répéter.
  • 22/06/2016 à 17:42
    nico85
    alerter
    Je sais ... même si juridiquement la cour de cassation annule la première condamnation, parler de "zéro condamnation", c'est un peu gros ... mais légal.
  • 22/06/2016 à 17:46
    okapi
    alerter
    Heureusement que la Présomption d'Innocence existe !
    Parce que quand on voit comme elle est malmenée on en reviendrait vite à la bonne vieille inquisition.
  • 22/06/2016 à 17:53
    nico85
    alerter
    okapi; on va pas me faire croire que Mestrallet est un poulot né de la dernière promo, qui travaille uniquement pour la reconnaissance des ses clients ? Mais juridiquement, tu as parfaitement raison !
  • 22/06/2016 à 19:02
    Vincent Coupry, Vétérinaire
    alerter
    une cour de cassation n'annule généralement pas une condamnation sur le fond mais sur la forme. dans la très grande majorité des cas, elle renvoie à un nouveau procès devant une autre cour d'appel.
    Je ne connais pas le dossier donc je parle du cas général. Est ce le cas dans cette affaire? qu'a décidé la cour de cassation? pour quelles raisons? les poursuites sont elles abandonnées ou y aura t il un nouveau procès?
    là est la différence
    ensuite, se pose le problème de la continuité des soins et de la permanence des soins pour les structures aux clientèles très entendues. qu'en est il dans votre cas, cher confrère?

  • 23/06/2016 à 10:34
    François Mestrallet, Vétérinaire
    alerter
    Effectivement je ne sais pas pourquoi on parle de la Cour de Cassation qui n'a rien eu à voir dans cette annulation.
    C'est bien la Cour d'Appel qui a annulé la condamnation du Tribunal Correctionnel. Elle a même été jusqu'à annuler l'ordonnance de renvoi devant ce même Tribunal Correctionnel en jugeant que l'instruction s'était montrée totalement incapable (après 6 ans!) de démontrer la moindre infraction précise de la part des vétérinaires dans cette affaire.
    Nous avions donc été traduit injustement en justice et persécutés de 2003 à 2012 pour rien.
  • 23/06/2016 à 10:53
    François Mestrallet, Vétérinaire
    alerter
    @Vincent Coupry

    Le nouveau code déontologie distingue bien la Permanence de la Continuité des soins.
    Nous assurons la Continuité des soins dans ce sens que nous nous suivons tout cas pris en compte par nous jusqu'à sa conclusion.
    La Permanence des soins est un devoir collectif de la profession vétérinaire envers la population toute entière.
    Très peu d'établissement de soins sont en mesure d'être ouverts 24/24 et 7/7 et parmi ces derniers ceux qui peuvent garantir la disponibilité constante d'un personnel médical compétent à tout instant sont exceptionnels.

  • 23/06/2016 à 11:43
    nico85
    alerter
    François, tu veux nous faire verser une larme ?
  • 23/06/2016 à 15:13
    François Mestrallet, Vétérinaire
    alerter
    @nico
    Non pourquoi juste une ?
  • 24/06/2016 à 10:51
    Laurent Masson, Vétérinaire
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 24/06/2016 à 11:55
    Laurent Masson, Vétérinaire
    alerter
    Alors voila un véto qui casse un marché n'a pas le droit de se prendre ses 4 vérités ... En plus il fanfaronne. Ne vous étonnez pas si un incendie se déclenche parce que là je vous garantie que les braises sont présentes.
  • 24/06/2016 à 13:38
    La Rédaction
    alerter
    Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
  • 24/06/2016 à 13:45
    lolo
    alerter
    dire la vérité quand ça ne fait pas plaisir ce n'est pas de la calomnie. Vous faites taire un avis qui représente à mon avis 90% des opinions de mes confrères. C est votre choix de modération mais vous amputer sévèrement le débats.
    Ne pas se battre contre un système que l on trouve injuste c est validé ce système. je désteste l injustice....
  • 24/06/2016 à 15:10
    François Mestrallet, Vétérinaire
    alerter
    @lolo - Laurent Masson
    Tout à fait d'accord pour la controverse
    Alors ne restez pas dans les généralités et décrivez nous exactement la vérité et le système injuste que vous invoquez.
    Vous conviendrez avec moi qu'on ne peut s'expliquer que sur des faits précis
  • 24/06/2016 à 15:53
    nico85
    alerter
    Les faits précis ? des colis de Marbocyl qui traversent la France depuis la Côte d'Or, avec un BSE "fourre-tout" rédigé par une petite main ...
  • 24/06/2016 à 16:08
    lolo
    alerter
    François tu as une paire de c... vraiment énorme. Ton succès t aveugle t il à ce point... Tu as marchandisé un système, tu écrabouilles les vétos ruraux de terrain sans scrupule. Le modèle économique le plus fort ( le tiens ...) n'est pas le plus éthique. Alors maintenant que tu es assis sur ta montagne d'argent et de clients que sera tu capable de faire pour notre profession, continuera tu encore et encore jusqu'à plus soif ?
  • 24/06/2016 à 16:18
    nico85
    alerter
    lolo ... tu n'as pas le même avocat , et pas le réseau familial de François ...

    A notre cher (bien trop cher) ordre et à l'état de légiférer ... Comme l'a reconnu la justice, il n'y a eu aucune condamnation, le colissage était donc légal ...
  • 18/09/2016 à 10:06
    okapi
    alerter
    Le colisage est-il illégal ?

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...