Les étranges instruments vétérinaires

11.03.2016 à 10:15:21 |
Michel Morice
© Chantal Béraud

La Maison de l’élevage et du charolais de Moulins-Engilbert (Nièvre) propose de découvrir l’évolution des instruments vétérinaires, entre 1870 et 1970. C’est l’œuvre de Michel Morice (A69), ancien praticien rural local.

Michel Morice (A69) rappelle que « Moulins-Engilbert fut, en 1983, le premier marché au cadran à vaches maigres ». La première vitrine illustre la pratique vétérinaire de 1870 à 1900, avec les lavements, les saignées, la cautérisation, la castration… « Á l’époque, rappelle Michel Morice, c’est l’équin qui était l’animal noble. Jusqu’à la fin du 19e siècle, les vétérinaires travaillaient essentiellement pour les militaires, la classe aristocratique ou les gros fermiers. Le Comte de Bouillé a créé le herd-book charolais en 1856 ». Quant à l’année 1880, elle est marquée par l’invention du vaccin anti-charbonneux, par le vétérinaire Henry Toussaint. Après-guerre arrivent les antibiotiques, les analgésiques, etc. Plusieurs vitrines matérialisent toute cette évolution, avec des seringues hydrocèles, l’aspirateur de Dieulafoy, l’écraseur de Chassaignac, les aiguilles à séton, toutes sortes de bistouris, les cautères pour percer les abcès. « Je présente aussi les premiers embryotomes à serpettes, la transformation des seringues, une pompe à vélo et raccord contre la fièvre vitulaire. J’ai moi-même utilisé certaines de ces techniques, comme des sondes oesophagiennes à embout spécifique. J’expose le matériel de mon beau-père, Henri Coppin (sorti de l’école de Lyon en 1943) ainsi que celui d’Aupetit, un praticien toulousain, installé ici en 1900. Et j’ai  bénéficié de prêts de la part d’autres confrères ».  Soit une collection étonnante de plus de quatre cents objets à découvrir.

Chantal Béraud

Exposition : du 26 mars jusqu’au 1er novembre 2016. Entrée : 3 € pour les adultes. Jours d’ouverture et horaires sur le site 

 

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK