La pratique du testing jugée honteuse par l’Unapl

Clarisse Burger | 25.02.2016 à 10:39:14 |
michel chassang
© Frédéric Decante

Le représentant des professions libérales dénonce le manque d’efficacité du Gouvernement en matière d’emploi et refuse la pratique du testing de ses TPE.

Dans un contexte économique et social tendu, le gouvernement veut développer la pratique du testing auprès des entreprises qui se livreraient à de la discrimination à l’embauche. Le ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, avait déjà exprimé ce souhait en 2015. L’idée consiste à envoyer deux candidatures semblables à une entreprise (mais avec des critères notamment d’âge, de sexe et d’adresse différents) et de voir quel profil l’employeur recruterait. Celui-ci serait sanctionné s’il s’agissait de discrimination. Le gouvernement pourrait lancer ces mesures dès le mois de mars.
Est-ce une action vraiment efficace contre le chômage ? Pour le président de l’Union nationale des professions libérales (Unapl), Michel Chassang, ce n’est certainement pas « la solution à la crise de l’emploi ». Il ajoute : « Nous connaissons bien ces opérations de testing en médecine, il s’agit d’appels anonymes adressés aux cabinets médicaux : les personnes se font passer, par exemple, pour des patients couverts par le dispositif de la couverture maladie universelle (CMU) qui veulent prendre rendez-vous avec un médecin. Cette pratique ne va pas favoriser le retour de l’emploi. »

Retrouvez l'intégralité de cet article en page 14 de La Semaine Vétérinaire n° 1663.

Clarisse Burger
5 commentaires
avatar
jacques coq le 25-02-2016 à 19:04:42
qui ne discrimine pas ne craint pas le testing !
avatar
Robert Tellier, Vétérinaire le 25-02-2016 à 20:46:49
pouvez-vous m'expliquer ce charabia?
avec un tel verbiage et des pensées confuses la courbe du chômage n'est pas prête de s'inverser..
avatar
pigeon le 26-02-2016 à 10:23:17
Ah oui Monsieur Coq?
Je pense que vous sous-estimez les capacités de l'administration, en particulier prud'homale et assimilée , à découvrir des fautes là où il n'y en a pas. En tant qu'employeur, c'est une erreur qui peut coûter très cher .. en toute bonne foi.
À vous de voir...
avatar
jacques coq le 26-02-2016 à 11:07:18
pigeon, je ne pense pas qu'on puisse trouver de la discrimination là où il n'y en a pas. 2 cv identiques, différant par le sexe, l'adresse ou le nom, devraient recevoir le même accueil, non ?
avatar
Philippe Malherbe, Vétérinaire le 26-02-2016 à 11:51:20
Il y a toujours une part de subjectivité, il faut arrêter avec ces conneries de parité légale prétexte à toute les hontes. S'il est possible de tester un service de Ressources humaines, on ne peut pas le faire dans une TPE ou la statistique ne pourra pas s'appliquer
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK