Ebola et MERS-CoV : encore trop d’incertitudes

10/02/2016 | Le Point Vétérinaire.fr
dromadaires
© Ssviluppo - iStock
Il subsiste des lacunes importantes dans les connaissances sur la transmission de ces maladies, à la fois chez l'homme et les espèces animales hôtes potentielles, ainsi que sur leur épidémiologie, alerte la FAO.

En 2014-2015, l’épidémie due au virus Ebola en Afrique de l'Ouest a causé la mort de plus de 11 000 personnes et en a infecté plus de deux fois plus, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) . “Si l'on sait que la multiplication des foyers Ebola est liée au contact étroit avec les liquides biologiques ou les tissus d’animaux infectés (tels que les chauves-souris frugivores les singes ou le gibier sauvage), on ignore si les animaux d'élevage peuvent être infectés avec le virus en conditions réelles”, indique l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Les études expérimentales montrent que les porcs infectés avec le virus Ebola peuvent le transmettre à d'autres porcs et à des primates non humains, tandis que les chiens développeraient une réaction immune dans les zones touchées par une épidémie, mais leur rôle dans les réseaux de contagion n'a jamais été démontré, ajoutent les experts de l’Organisation.

Quant au coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV), décelé pour la première fois en Arabie saoudite en 2012, il a été responsable de la mort de plus de 500 personnes depuis, et près de trois fois plus d’individus contaminés ont été recensés. Plusieurs études ont indiqué que les dromadaires ou leurs produits sont les vecteurs principaux de la transmission à l'homme. Mais, comme dans le cas d’Ebola, il n’est pas exclu que d’autres espèces soient des reservoirs éventuels.

La FAO appelle donc les décideurs du monde entier à adhérer à un programme de recherche et d’échanges concerté pour identifier exactement quels animaux servent de réservoirs ou d'hôtes intermédiaires pour ces virus, leur répartition géographique, leur comportement humain et animal, leurs mécanismes de transmission, ainsi que les facteurs écologiques et sociaux qui favorisent ou atténuent les épidémies. 

 

Nathalie Devos

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...