Ebola et MERS-CoV : encore trop d’incertitudes

Nathalie Devos | 10.02.2016 à 11:17:32 |
dromadaires
© Ssviluppo - iStock

Il subsiste des lacunes importantes dans les connaissances sur la transmission de ces maladies, à la fois chez l'homme et les espèces animales hôtes potentielles, ainsi que sur leur épidémiologie, alerte la FAO.

En 2014-2015, l’épidémie due au virus Ebola en Afrique de l'Ouest a causé la mort de plus de 11 000 personnes et en a infecté plus de deux fois plus, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) . “Si l'on sait que la multiplication des foyers Ebola est liée au contact étroit avec les liquides biologiques ou les tissus d’animaux infectés (tels que les chauves-souris frugivores les singes ou le gibier sauvage), on ignore si les animaux d'élevage peuvent être infectés avec le virus en conditions réelles”, indique l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Les études expérimentales montrent que les porcs infectés avec le virus Ebola peuvent le transmettre à d'autres porcs et à des primates non humains, tandis que les chiens développeraient une réaction immune dans les zones touchées par une épidémie, mais leur rôle dans les réseaux de contagion n'a jamais été démontré, ajoutent les experts de l’Organisation.

Quant au coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV), décelé pour la première fois en Arabie saoudite en 2012, il a été responsable de la mort de plus de 500 personnes depuis, et près de trois fois plus d’individus contaminés ont été recensés. Plusieurs études ont indiqué que les dromadaires ou leurs produits sont les vecteurs principaux de la transmission à l'homme. Mais, comme dans le cas d’Ebola, il n’est pas exclu que d’autres espèces soient des reservoirs éventuels.

La FAO appelle donc les décideurs du monde entier à adhérer à un programme de recherche et d’échanges concerté pour identifier exactement quels animaux servent de réservoirs ou d'hôtes intermédiaires pour ces virus, leur répartition géographique, leur comportement humain et animal, leurs mécanismes de transmission, ainsi que les facteurs écologiques et sociaux qui favorisent ou atténuent les épidémies. 

 

Nathalie Devos
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...