Les revenus annuels bruts des vétérinaires

Clarisse Burger | 21.01.2016 à 13:58:56 |
infographie enquête salaires
© LSV

Quels sont les salaires bruts annuels des praticiens associés, salariés et collaborateurs dans les structures canines et mixtes, à dominante canine ?

Une enquête exclusive réalisée cet été par les Editions du Point Vétérinaires montre que les structures dotées de forts effectifs, affichent en majorité des revenus supérieurs. Les hommes associés sont les mieux lotis : les équivalent temps plein (ETP) ont un revenu brut annuel moyen de 62 635 euros (hormis la tranche de plus de 100 000 euros) versus 48 660 euros pour les femmes associées. Les résultats en infographie.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 34-38 de La Semaine Vétérinaire n° 1658.

Clarisse Burger
10 commentaires
avatar
SAINT THOMAS le 21-01-2016 à 16:57:41
Revenu brut ou BNC avant impots?Une précision s'impose car le résultat net est loin d'être le même!Et il ne collerait pas avec les chiffres de la CARPV.
avatar
Clarisse Burger, Vétérinaire le 21-01-2016 à 18:55:06
Le revenu brut annuel moyen que nous avons indiqué a pour vocation de fixer un ordre de grandeur, mais ne fournit pas la valeur moyenne des vétérinaires exerçant en France. Notre échantillon comprend 545 vétérinaires et regroupe les revenus des praticiens (associé, salarié et collaborateur libéral).
La définition (ni fiscale, ni sociale) du revenu brut annuel n'a pas été précisée dans le sondage, nous demandions dans quelles tranches de revenus se situaient-ils.
Pour pouvoir déterminer des moyennes, nous avons retenu comme montants, par hypothèse, la valeur se situant au milieu de la tranche déclarée par le sondé (ex : est valorisé le revenu de la tranche 30K€ à 40K€, le montant de 35 000€).
Par ailleurs, une erreur s'est glissée sur le revenu brut annuel moyen (associés ETP) il fallait lire par exemple 62 635€ au lieu de 42 145€ (pour hommes associés ETP) et 48 660 € au lieu de 45 850€ (femmes associées ETP) -hormis les tranches de plus de 100 000 €; et la moyenne de 46 640€ pour le panel total (tous profils et statuts) au lieu de 40 270€. Un rectificatif pour 4 moyennes sera publié.
avatar
Jean-Georges Moulimard, Vétérinaire le 21-01-2016 à 20:31:09
Curieuse façon de réaliser une enquête chiffrée sans définir l'objet chiffré. Cela fait un peu brouillon...Une enquête ainsi menée est digne d'un sondage "politique" mais pas de scientifiques. Intérêt personnel pour moi NUL;
avatar
Jean-Georges Moulimard, Vétérinaire le 21-01-2016 à 20:31:09
Curieuse façon de réaliser une enquête chiffrée sans définir l'objet chiffré. Cela fait un peu brouillon...Une enquête ainsi menée est digne d'un sondage "politique" mais pas de scientifiques. Intérêt personnel pour moi NUL;
avatar
Clarisse Burger, Vétérinaire le 22-01-2016 à 08:39:40
Nous avons publié en novembre 2015, dans le n° de la Semaine Vétérinaire SV 1651 page 14, l'étude de la CARPV sur les revenus imposables des praticiens libéraux (avec Madelin et dividendes) portant sur un échantillon de 8788 vétérinaires libéraux présents à la caisse CARPV et toujours en activité en 2015 (hors revenus déficitaires) pour la période 2009-2014).
Compte tenu de notre échantillon (545), nous avons tenté de déceler des tendances notamment sur l'impact de la taille de la structure.
avatar
Djack le 22-01-2016 à 09:48:33
La notion de revenu brut me laisse perplexe, s'agit il du BNC que nous extractont des 2035 et que nous reportons sur nos feuilles de declaration 2042 comme tout francais ayant pignon sur rue en vue de l'impot sur le revenu liquide en septembre
Remerciements anticipes Djack
avatar
Myriam Meylan, Vétérinaire le 22-01-2016 à 11:16:42
Je pense en effet qu'il aurait été plus judicieux de parler en revenu net imposable. Vos chiffres ont de fait aucune valeur.
avatar
Clarisse Burger, Vétérinaire le 22-01-2016 à 12:32:00
L'étude de la CARPV (CARPV, Valovet et Inp-ENVT) présentée l'an dernier, a été réalisée sur les revenus imposables des vétérinaires libéraux (présents à la caisse et toujours en activité en 2015) : elle a étét publié dans notre n° 1651 du 20 novembre; pour rappel, la moyenne du revenu total 2014 (selon le genre) est de 69 422€ et la médiane est de 63 328€ ; comme indiqué dans mon commentaire précédent, nous avons voulu déceler, dans notre enquête, des tendances à partir de tranches de revenus annuels bruts déclarés (par taille d'entreprise, par âge et par genre).
avatar
Gilles06 le 28-01-2016 à 19:17:32
Bonsoir,
à Clarissa Burger,
je crois que vous ne répondez pas aux quatre confrères qui vous posent la question de savoir ce que vous appelez Revenu brut. Et que ça n'est pas détaillé dans votre article. Je considère que ce que vous appelez Revenu brut est la somme des valeurs suivantes:
dernière ligne de la déclaration BNC + charges sociales personnelles déclarées dans la 2035 (obligatoires et celles résultant d'un choix de gestion) + sommes versées sur un PEE et un PERCO.
Partagez-vous cette vision ? Si tel est le cas, il convient d'alerter les étudiants sur la mort programmée à très court terme de la profession qu'ils espèrent embrasser. Je sais que les Y privilégient la qualité de vie à la quantité de travail, mais rouler en Mégane et vivre dans 42 m² n'est pas pour moi un signe de qualité de vie. Et que peut-on espérer d'une profession qui ne vous laisse que 42 k€ par an ???
Si je n'ai pas compris ce que vous appelez "revenu brut", pourriez-vous alors éclairer ma lanterne et celles des confrères qui sont aussi perplexes que moi ?
Merci
avatar
Gilles06 le 28-01-2016 à 19:28:33
Autre sujet de réflexion:
en 10 ans inflation "officielle" + 15 %
en 10 ans, SMIC revalorisé de 20 %
en 10 ans point d'indice des ASV revalorisé de 31 %
en 10 % mon CA a augmenté de 34 %
Mais en 10 ans mon BNC a augmenté de 1.78 % !!!!
Mais soyons totalement honnête, et c'est là qu'il est amusant de triturer les chiffres, et de leur faire dire absolument n'importe quoi, si je compare le Revenu brut tel que je l'ai défini dans mon envoi précédent, on arrive à des valeurs totalement différentes. Entre 2005 et 2015, mes charges sociales sont passées de 23 k€ à 70 k€ et mes versements sur PEE et PERCO de 4 k€ à 12 k€. Et alors miracle, mon revenu brut a augmenté de 55 % sur la même période de 10 ans. Mais mon pouvoir d'achat quotidien lui n'a bougé que de 1.78 %. Doit-on considérer que l’augmentation phénoménale de mes prélèvements est une bonne nouvelle puisque je suis censé en tirer un bénéfice supplémentaire lors de mon arrêt d'activité ou dois-je, comme il est fréquent de le faire, dénoncer une course infernale derrière les charges obligatoires ???
Qui veut répondre à la question ?
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK