L’OCDE agit pour un marché du travail plus accessible

Clarisse Burger | 15.01.2016 à 18:29:40 |
l'OCDE et son forum sur l'avenir du travail
© ocde

Pour faire face aux marchés du travail en pleine mutation et à ses inégalités, les pays de l’OCDE ont échangé leurs retours d'expériences cette semaine, à Paris.

Plusieurs ministres de l’emploi et du travail des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dont Myriam El Khomri, Ministre du Travail,  de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social de la France, et Joan Burton, ministre de la protection sociale en Irlande, se sont réunis les 14 et 15 janvier à Paris sur le thème de l’Avenir du travail. Ce forum stratégique a rassemblé également Le Conseil de l’Europe et l’Organisation internationale du travail (OIT).

Pour ces ministres et le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, il s’agit de répondre aux besoins actuels et pressants du marché du travail qui à la fois se transforme et subit la crise économique mondiale. Alors que l’on recense dans la zone OCDE, 40 millions de personnes qui étaient sans emploi, à fin 2015 (soit près de 8 millions de plus qu’avant la crise) et que le nombre de chômeurs de longue durée a augmenté de 65% depuis 2007. Et que 40 millions de jeunes sont sans emploi et hors du système éducatif. Un chômeur sur trois n’a pas de travail depuis un an ou plus, l’Europe du Sud se situant dans la tranche des plus hauts taux de chômage.

Parmi les solutions envisagées par l’OCDE et les ministres présents à ce forum, il faut, outre modifier les modèles de travail et de retraite existants, améliorer l’accès à l’emploi car « les emplois de qualité  sont la clé pour faire partager au plus grand nombre les bienfaits de la croissance économique. »

Durant les ateliers du forum sur l'Avenir du travail, les ministres ont échangé leurs expériences et leurs idées pour « bâtir des marchés du travail plus résilients ». Ils ont aussi approuvé les nouvelles recommandations de l'OCDE relatives à l’allongement de la vie active et aux politiques de l’emploi et du social.

Cela devrait aussi leur permettre de tirer des enseignements de la crise économique mondiale et de « promouvoir des marchés du travail plus flexibles » pour faire face aux crises ou au ralentissement de la croissance, pour mettre en œuvre des politiques sociales éprouvées.

Pour sa part, la ministre Myriam El Khomeri a rappelé la politique relative à l’emploi dans les très petites et moyennes entreprises en France et les solutions mises en oeuvre telles que le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) et le pacte de responsabilité.

Clarisse Burger
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK