Les micro-organismes sont essentiels au cheval

05.01.2016 à 11:26:07 |
Cheval mangeant du foin
© istock

Pour la 8ème année consécutive, les équirencontres Merial et Avef se sont tenues au salon du cheval de Paris, sous l’impulsion de notre confrère Michel Péchayre.

Ces rencontres organisées par le laboratoire Merial et l’Association vétérinaire équine française (Avef) sont l’occasion de communiquer directement auprès des propriétaires, cavaliers, éleveurs, etc. Cette année, le sujet de l’alimentation du cheval était en valeur.

« Sans micro-organismes, pas de cheval ! » : c’est la démonstration effectuée par notre consoeur Véronique Julliand, chercheur et professeur à Agrosup Dijon. Le foin et les micro-organismes digestifs sont en effet des facteurs clefs de la santé du cheval. « La planète microbienne qui vit dans le tube digestif du cheval est variée, elle vit dans l’estomac et l’intestin grêle, mais surtout dans le gros intestin du cheval qui est très volumineux » développe t-elle.

Les micro-organismes du tractus du cheval ont été identifiés depuis longtemps. Il existe dans le gros intestin des protozoaires (découverts en 1843), ils jouent un rôle dans la dégradation des parois végétales, dans la fonction d’usage du foin car ils peuvent se fixer sur les fibres. Des bactéries ont aussi été identifiées en 1897, ce sont des coques, des bacilles, impliqués aussi dans la dégradation du foin car on les trouve fixés aux fibres. Les champignons ont été découverts en 1910. Dans le gros intestin du cheval, il y a des champignons microscopiques qui s’attachent aux parois des végétaux.
En chiffres, dans le gros intestin, il y a 100 millions de champignons, 10 milliards de protozoaires et arqués, et 1 million de milliards de bactériophages et de bactéries. « Notre cheval de 500 kg a environ 3 – 4 kg de ces micro-organismes qui vont travailler pour lui et l’aider à survivre » martèle le professeur Véronique Julliand.

Une autre fonction des micro-organismes réside dans la modulation du comportement du cheval. « On est aux bribes des connaissances à ce niveau là ». Ainsi les micro-organismes ont un rôle important sur l’état d’esprit du cheval. Distribuer du foin à un équidé, c’est pour son bien-être et son confort intestinal.

Marine Neveux

A lire aussi :

Le comportement du cheval est-il un indicateur de sa santé digestive ? La Semaine Vétérinaire n°1598 du 26 septembre 2014.

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...