L’Ordre des vétérinaires prend position sur l’abattage des animaux domestiques

25/11/2015 | Le Point Vétérinaire.fr
Michel Baussier, président du CNOV
© Denis Avignon
Vétérinaire, professionnel garant du bien-être animal a été le fil conducteur du colloque organisé par l’Ordre national des vétérinaires le 24 novembre dernier au Sénat. L’occasion pour le CNOV de présenter sa position sur l’abattage des animaux.

L’initiative du colloque était une première, elle témoigne de l’engagement de l’Ordre et de son président, Michel Baussier, dès le début de son mandat, en faveur du bien-être animal. « L’ordre appelle à réfléchir et à débattre sur le rôle du vétérinaire en tant qu’expert du bien-être animal » explique Michel Baussier en ouverture du colloque. Une journée particulièrement riche par la qualité des différentes interventions et la diversité des facettes abordées : statut de l’animal, définitions scientifiques, perception sociétale, règlementation et réalisation sur le terrain, vétérinaires sentinelles du bien-être animal, etc.

La journée n’a pas manqué de débats et d’échanges, s’achevant par une prise de position de la profession. En effet, Michel Baussier a conclu la journée par la position de la profession sur l’abattage des animaux domestiques : « tout animal abattu doit être privé de conscience d’une manière efficace préalablement à la saignée et jusqu’à la fin de celle ci ». Cette position fait suite au groupe de travail de l’Ordre qui a recueilli les avis de la profession en région et au niveau national depuis plusieurs mois. Elle vient en cela renforcer l’avis déjà adopté par le SNVEL en 2010 et celui adopté par la FVE en 2006.

M.N.

Lire le détail de la journée dans La Semaine Vétérinaire n°1652 du 27 novembre 2015

Les dernières réactions

  • 25/11/2015 à 23:14
    Samos
    alerter
    Cela veut donc dire que l'Ordre s'est positionné contre la corrida et la chasse. C'est une position très innovante mais de quelle manière la profession a-t-elle été consultée ?





  • 26/11/2015 à 09:38
    Laurent Lacouture, Vétérinaire
    alerter
    il devait y avoir une position claire de l'ordre sur la corrida et la participation de vétérinaires au sein de cette pratique. pourrait on savoir si une déclaration a été faite?
  • 26/11/2015 à 09:52
    Semilly14
    alerter
    Bonjour, l'Ordre annoncera sa position sur la corrida courant de l'année 2016.
  • 26/11/2015 à 10:06
    Semilly14
    alerter
    La position sur l’abattage est le fruit des débats et réflexions conduits par les élus de l’Ordre des vétérinaires au niveau régional et national depuis plusieurs mois
  • 26/11/2015 à 11:21
    jacques coq
    alerter
    non, Samos, l'Ordre ne s'est pas positionné contre la chasse ou la corrida car il s'est prononcé sur l'abattage. lors de chasse ou de corrida les animaux ne sont pas abattus dans une installation prévue à cet effet, mais tués ou mis à mort.
    les mots ont un sens.
    cordialement.
  • 26/11/2015 à 11:48
    felixyouki
    alerter
    Cela a le mérite d'être clair !
  • 26/11/2015 à 15:07
    Samos
    alerter
    Merci pour ces précisions qui réduisent le champ de cette prise de position. Il sera néanmoins intéressant d'en préciser les fondements. En effet, le devoir de l'Homme à éviter des souffrances inutiles à l'amal domestique est ici assez clair, et la prise de position s'intéresse à une forme de tradition rituelle, et pourrait s'étendre à d'autres formes de traditions locales. C'est courageux et innovant mais glissant.
  • 26/11/2015 à 22:56
    Laurent Masson, Vétérinaire
    alerter
    "Elle vient en cela renforcer l’avis déjà adopté par le SNVEL en 2010 et celui adopté par la FVE en 2006"
    eh bah , ça fait presque dix ans qu'on attend ... voila ou passent nos cotisations astronomiques.
    Un peu de courage au pied du mur ... notre ordre est une structure d'un autre temps.
    Aucun pouvoir si ce n'est de revendiquer qu'il ne défendent pas notre profession.
    Si on avait consulté vraiment les vétos au lieu de laisser réfléchir ces oligarques tout ce temps ça ferait deja un bail que ça aurait été réglé.
  • 27/11/2015 à 08:05
    pouicvet
    alerter
    je pense , cher docteur Masson, que vous ne vous rendez pas bien compte du temps necessaire à la redaction de position officielle et de textes d'importance.
    Je ne peux que vous enjoindre à vous présenter aux prochaines elections ordinales afin de ruer dans les brancards et de modifier cet "ordre d'un autre temps", vous verrez sans doute mieux de l'interieur ce que l'ordre fait aujourd'hui pour que vous puissiez exercer tranquillement votre métier de docteur vétérinaire.

    outre cette remarque: la position officielle de l'ordre permettra t elle de motiver certains parlementaire à remettre en cause l'abattage rituel dans notre pays?
  • 27/11/2015 à 10:12
    Laurent Masson, Vétérinaire
    alerter
    cher inconnu,
    c'est "ce temps nécessaire" pour rédiger des textes "officiels" qui me font dire que même en me présentant à l'ordre rien ne changera ... Ma génération de vétérinaires veut des actions !!!! Pas des textes. L'ordre vétérinaire et toute notre société d ailleurs, se trouvent dans un immobilisme coupable caché derrière cette paperasse !
    Demander aux vétérinaires d’abattoirs d’arrêter leur boulot sur la chaine en signe de protestation pour faire pression via l ordre ça devrait être possible bon sang !
    Parler de "privation de conscience" alors qu on sait tous qu on parle d'abattage rituelle , c est pas du manque de courage...
    "Émettre un avis pour motiver certain parlementaires" . Ca fait plusieurs année que l'abattage rituelle n’existe plus dans certains pays européen (Danemark, Pologne, au Lichtenstein, en Islande, Norvège, Suède et en Suisse)
    je ne suis pas un "ultra" du anti abattage rituel, j en ai marre qu on se congratule pour des petits pas, alors que c est une évidence depuis longtemps !

    Vous voulez un ordre moderne, introduisez donc des votes et des consultations participatives on est 16 000 vétos !
    On veut que l'ordre fasse pression !! Pas qu il émette un avis !
  • 27/11/2015 à 11:03
    Laurent Lacouture, Vétérinaire
    alerter
    L'ordre n'a pas pour vocation à faire pression... le snvel si.
    Il ne faut pas confondre les rôles de chacun.
    La paperasse de notre monde moderne il faut savoir faire avec. les choses changent . Lentement , certes! mais elles changent. Instaurons le vote participatif, je vous paris que sur les 17 000 vetos de france vous n'atteindrez pas 30% de votant. Et même si on introduit le vote participatif , cela n’empêchera pas le long cheminement administratif; on est tous d'accord pour dire que un animal abattu doit être inconscient et que dans le contexte de bien être animal on doit trouver les meilleurs solution possible. que l'abattage rituel est une hérésie dans notre pays. Après il faut bien prendre en compte un certain nombre de dégats collatéraux que implique une telle déclaration. imaginez les répercussion sur notre agriculture deja fragile. il ne s'agit pas juste d’émettre un avis à la va-vite. il s'agit de penser ce que l'on dit ... sous tous les angles.
    Laurent LACOUTURE ( pouicvet)
  • 27/11/2015 à 12:31
    lolo
    alerter
    bah c est dommage pour l ordre... il manque un bras armé me semble t il
  • 30/11/2015 à 19:08
    CD14150
    alerter
    Suite à une discussion avec une consoeur de l'administration, cette dernière m'indiquait qu'au Maroc et en Indonésie (pays où la religion musulmane est pour le moins présente) l'étourdissement est une obligation avant la saignée.
    Alors pourquoi pas en France.
    Mais il faudrait du courage pour dire stop à la pratique actuelle. En plus, derrière cet abattage rituel, il y a des gros problèmes d'argent et de tranquillité politique vis-à-vis de certaines mosquée dont le comportement peut prêter à caution.
    Personnellement je suis pour un étiquetage obligatoire en cas d'abattage rituel.
    De cette manière, chacun pourra, en toute conscience, faire un geste ou pas vers le bienêtre animal.
  • 02/12/2015 à 21:57
    Dorothée Aillerie
    alerter
    C'est une très bonne nouvelle, et je me réjouis vraiment que la profession prenne de plus en plus position sur le bien-être animal.
    Puisque la corrida a été évoquée dans les messages précédents, j'en profite pour signaler l'existence du COVAC (collectif des vétérinaires contre la corrida, qui possède un site internet et un site FB) et également pour remercier le Dr Laurent Lacouture pour son article sur le COVAC paru récemment dans le Point Vétérinaire. Le CSO donnera un avis dans l'année 2016 sur la corrida. Cet avis est très attendu, au sein de la profession mais aussi parmi la majorité de la population française.
  • 02/12/2015 à 22:31
    Laurent Masson, Vétérinaire
    alerter
    J en frissonne d'avance pour cet avis de 2016...
    "La mise à mort traditionnelle des bovins noirs à cornes courant dans des lieux historique l'été, par de jeunes adultes caucasiens portant des morceaux de fer pointus et des capes rouges, ne semble pas compatible avec le bien être animal et ne peut garantir avec certitude les normes d’hygiène nécessaires pour les consommateurs"

    merci ki :-)
  • 06/12/2015 à 15:53
    Dorothée Aillerie, Vétérinaire
    alerter
    Laurent Masson, vous êtes dur! C'est une grande chance pour notre profession d'avoir un conseil de l'ordre pour réfléchir sur les grandes problématiques et rendre public des avis. Nous sommes spécialiste des animaux et notre profession est une profession respectée, aussi ces avis sont, je trouve, très importants. L'existence d'un pôle éthique aux sein des conseils régionaux est très récent, il faut du temps pour que cela se mette en place et si on aimerait que ça aille plus vite, c'est de toute façon partout pareil dans de telles structures, il existe forcément une certaine inertie. Ça avance, c'est l'essentiel.
  • 06/12/2015 à 15:58
    Dorothée Aillerie, Vétérinaire
    alerter
    Juste un ajout concernant l'abattage rituel, il me semble que l'étourdissement avant abattage, n'est absolument pas en contradiction avec un abattage rituel. C'est pour cela que cet avis ne change rien pour les religions ... Mais change beaucoup de choses pour les animaux.
  • 07/12/2015 à 12:23
    VINCE50
    alerter
    Les traités fondateurs de l'Europe garantissent à la fois le bien-être animal et la liberté religieuse (voir Protocole 33 et Charte des Droits Fondamentaux de l'UE) Il y a cependant une subsidiarité assez grande sur le sujet, d'où une application différente selon les pays. A ma connaissance, le casher ne supporte aucune dérogation de la part des autorités religieuses en ce qui concerne l'étourdissement. Par contre,c'est plus souple pour le halal, çà dépend des mosquées. Ainsi sur les 3 mosquées de référence en France, celle de Paris l'accepte, celle de Lyon non. Sans être un expert en théologie, ce simple fait montre bien que les textes religieux n'interdisent pas explicitement l'étourdissement. En pratique, c'est donc le client qui décide selon qu'il fera certifier l'abattage halal par telle ou telle mosquée. Idem à l'étranger. Or, dans un contexte de stagnation du marché européen, les abattoirs ne survivent que grâce au développement des marchés exports, dont le halal représente une grosse partie pour les ruminants. Avant de décider de supprimer la dérogation, il faut se poser la question des répercussions sur la filière de l'élevage. L'abattage rituel reste une dérogation qui est très encadrée par une règlementation de plus en plus stricte. Grâce à çà, on peut affirmer qu'il est mieux fait en Europe que dans les autres parties du monde. Mais ce n'est ni satisfaisant ni suffisant. Il serait sans doute possible d'avancer sur le sujet. Mais dans ce débat, beaucoup d'avis sont plus politiques que réellement soucieux de bien-être animal. Est on capable dans notre pays d'avoir un débat constructif à ce sujet ? J'en doute
  • 07/12/2015 à 13:55
    Laurent Masson, Vétérinaire
    alerter
    Commentaire difficilement soutenable vince50.
    je n'arrive pas à savoir dans quel camp tu es. Et ça, ça ne colle pas avec ta conclusion très " républicaine " Alors tu es pour l' étourdissement ou tu nous fais un remake de Djihad économico-alimantaire. (veuillez ne voir ici aucune critique religieuse je mets l'accent surtout sur le coté économique merci)
    Venant d'un véto ( je suppose ) la phrase : "c'est donc le client qui décide " posé à coté de "stagnation du marché européen "me fait froid dans le dos.
    Tu vois, moi je le dis : "égorgé un animal conscient c'est vraiment moche d'autant plus que ça ne changera rien sur la viande". Parfois certaines lois sont bonnes mais impopulaires... et ça, j'ose espérer que c'est la France des Lumières ...
    Ah et puis zut! Moi je voulais encore "tailler un short à l'ordre" , là j ai plus envie... Ton commentaire vince 50 et la trop gentille réponse de Dorothée Aillerie m'ont coupé l envie d'être plus hargneux même si le combat est beau !...

    Rq pour les modérateurs du "forum" ca serait chouette de pouvoir avoir des pouces vers le haut ou le bas comme sur facebook pour savoir ce que les gens pensent et donner du poids aux bons arguments. Un débat ouvert sur l ordre ca serait chouette aussi ( à charge et décharge bien-sur )
    merci
  • 07/12/2015 à 14:10
    Dorothée Aillerie, Vétérinaire
    alerter
    Ben, Laurent Masson, je suis désolée de vous couper dans votre élan! Je suis pas toujours que gentille :-). Mais là, c'etait sincère, l'ordre qui s'implique dans l'éthique, j'en suis vraiment ravie. Une remarque, l'inscription au COVAC est gratuite et se fait directement sur le site internet pour ceux et celle qui voudrait nous rejoindre.
  • 07/12/2015 à 15:02
    VINCE50
    alerter
    Tout est dans ton commentaire "je n'arrive pas à savoir dans quel camp tu es" [...] "Djihad..." Le choix des mots a un sens. Je ne suis dans aucun camp. Le débat est beaucoup plus complexe que ce qui est décrit. Le temps pris par l'Ordre est sans doute en relation avec la complexité du dossier. Ça ne peut se résumer à un "êtes vous pour ou contre" Pour info par exemple, la Pologne est revenue sur son interdiction de l'abattage rituel et ce pour 2 raisons : 1 elle contrevenait aux droits fondamentaux des individus, 2 elle avait des conséquences économiques considérables pour la filière bovine. J'ai décrit la réalité des choses en abattoir. Que çà nous plaise où non, l'abattage rituel est défini comme un droit fondamental. Que çà nous plaise ou non, les musulmans continueront à manger halal et les juifs casher. Ça ne me plait pas mais c'est comme çà. A nous (vétos en administration) de veiller à ce que la règlementation soit strictement appliquée. A la Société de faire évoluer les choses (et encore une fois çà semble possible au moins pour le halal). Mais ce sera par le dialogue ouvert et respectueux, sûrement pas par l'outrance et le parti pris.
  • 07/12/2015 à 16:12
    TELLIER Robert
    alerter
    L'abattage rituel exige que l'animal soit pleinement conscient. Il n'est pas question d'étourdissement préalable. Mais c'est vrai qu'il existe des "chapelles" au sein des religions. Certaines acceptent un étourdissement préalable.
    Néanmoins la République est laïque et la loi doit s'appliquer à tous.
  • 07/12/2015 à 16:12
    TELLIER Robert
    alerter
    L'abattage rituel exige que l'animal soit pleinement conscient. Il n'est pas question d'étourdissement préalable. Mais c'est vrai qu'il existe des "chapelles" au sein des religions. Certaines acceptent un étourdissement préalable.
    Néanmoins la République est laïque et la loi doit s'appliquer à tous.
  • 07/12/2015 à 16:21
    lolo
    alerter
    Au final pour l'animal c'est conscient ou inconscient ...
    Tu peux parler de droit fondamentaux religieux ( oh put*** rien que ca ,ca m'énèrve), moi je te parle de quelques chose de plus grand : l'Humanisme.
    Les personnes sans camps ou sans avis qui se cachent derrières des états de fait ne font pas avancez les choses.

    Alors ou oui j assume mes outrances mon irrespect et mon incapacité à dialoguer avec toi car j'ai des convictions car, entre autre, je suis vétérinaire !

  • 07/12/2015 à 17:00
    Laurent Masson, Vétérinaire
    alerter
    Dorothée , t en pense quoi du droit ancestral et traditionnel de la tauromachie ? J'ai besoin d'entendre un peu de gentillesse là...
  • 07/12/2015 à 17:02
    VINCE50
    alerter
    Je ne suis pas sûr qu'Humanisme rime avec intolérance, outrance ou autres anathèmes. C'est à la mode en ce moment. Je ne parle pas de l'Humanisme mais des certitudes et amalgames à l'emporte-pièce. Dernière chose : avant d’émettre des fatwas (puisqu'on est dans l'outrance), étudie mieux tes dossiers : les vétos qui sont dans l'administration ne cotisent pas à l'Ordre des vétérinaires et ne pourraient donc absolument pas faire pression sur lui. Tu vois, je ne suis pas chien, je t'ai donné une solution pour échapper à une cotisation qui visiblement t'exaspère !!
  • 07/12/2015 à 18:45
    Dorothée Aillerie, Vétérinaire
    alerter
    @Robert Teillier : Non, cf des éléments de la réponse de Vince50 plus haut, l'abattage rituel n'exige donc pas forcément que l'animal soit justement conscient. Je connais moins ce dossier, mais pour mon approche personnelle, je considère que les religions doivent rester dans la sphère du privé, dès lors qu'elles seraient en contradiction avec des pratiques du domaine publique (abattage dans un pays civilisé qui défend une éthique et le CSO de l'ordre par son avis le confirme) et bien c'est à elles de s'adapter et non l'inverse! Je trouve que ce serait le minimum dans un pays laïc...
    @ Laurent Masson : L'argument de la tradition est bien sûr un faux argument et d'autant plus dans la corrida. En France, la corrida a une histoire qui a à peine 200 ans et elle s'est imposée après 100 ans d'illégalité : l'alinéa de l'article du code pénal qui la considère comme "sévices graves et actes de cruauté" mais la dépénalise dans 11 département date de 1951! Si vous organisez une corrida à Paris, vous êtes passible de 2 ans d'emprisonnements et de 30 000 euros d'amende. Les toréros sont donc tous des délinquants en dehors de ces 11 départements... Pour plus de clarté, je vous encourage à lire les articles que vous trouverez sur le site du COVAC.
  • 07/12/2015 à 18:46
    Dorothée Aillerie, Vétérinaire
    alerter
    @ Robert Teillier : Oui, en fait, j'ai répondu un peu vite, j'ai dit ce que vous étiez en train de dire en fait...
  • 07/12/2015 à 18:56
    TELLIER Robert
    alerter
    Certains Confrères s'égarent. Les esprits s'échauffent.
    La difficulté dans le cadre du bien être animal notamment au moment de l'abattage des animaux de boucherie et de la volaille est que la réglementation française mentionne l'abattage rituel comme une exception aux grands principes de l'abattage et de la protection animale qui interdit. l'abattage de ces mêmes animaux sans étourdissement préalable. La difficulté vient de cette dérogation extraordinaire. Le bien être animal est une valeur à géométrie variable pour des motifs religieux. Les politiques, courage fuyions, ont permis des exceptions notoires. L'Ordre des vétérinaires n'est en rien concerné par cette situation. Les vétérinaires inspecteurs (pour leur fonction) ne sont pas membres des vétérinaires inscrits au CNOV. Ils sont indépendants des instances ordinales ce qui n'empêche pas des relations confraternelles. Le CNOV est l'interlocuteur privilégié des services vétérinaires sur un certain nombre de sujets concernant la "vétérinaire" au sens large.
    En réalité de reculade en renonciation le pouvoir politique a instauré des régimes dérogatoires dans le sujet du bien être animal comme dans bien d'autres domaines. Cette politique minable met les services vétérinaires en porte à faux et de ce fait une procédure contentieuse à propos des conditions d'abattage a peu de chance d'aboutir
  • 07/12/2015 à 18:56
    TELLIER Robert
    alerter
    Certains Confrères s'égarent. Les esprits s'échauffent.
    La difficulté dans le cadre du bien être animal notamment au moment de l'abattage des animaux de boucherie et de la volaille est que la réglementation française mentionne l'abattage rituel comme une exception aux grands principes de l'abattage et de la protection animale qui interdit. l'abattage de ces mêmes animaux sans étourdissement préalable. La difficulté vient de cette dérogation extraordinaire. Le bien être animal est une valeur à géométrie variable pour des motifs religieux. Les politiques, courage fuyions, ont permis des exceptions notoires. L'Ordre des vétérinaires n'est en rien concerné par cette situation. Les vétérinaires inspecteurs (pour leur fonction) ne sont pas membres des vétérinaires inscrits au CNOV. Ils sont indépendants des instances ordinales ce qui n'empêche pas des relations confraternelles. Le CNOV est l'interlocuteur privilégié des services vétérinaires sur un certain nombre de sujets concernant la "vétérinaire" au sens large.
    En réalité de reculade en renonciation le pouvoir politique a instauré des régimes dérogatoires dans le sujet du bien être animal comme dans bien d'autres domaines. Cette politique minable met les services vétérinaires en porte à faux et de ce fait une procédure contentieuse à propos des conditions d'abattage a peu de chance d'aboutir
  • 07/12/2015 à 19:06
    Dorothée Aillerie, Vétérinaire
    alerter
    Finalement, la corrida et l'abattage rituel ont un grand point commun : une dérogation exceptionnelle. Dans le cas de l'abattage, on ne voit pas pourquoi, puisque toutes les religions dans leurs fondements n'interdisent pas l'étourdissement, le problème ne pourrait pas être réglé rapidement... Dans le cas de la corrida, bon, c'est le petit loisir sadique de quelques uns, ben, faudra qu'ils s'occupent autrement dans une société enfin un peu plus éthique...
  • 07/12/2015 à 19:34
    Laurent Masson, Vétérinaire
    alerter
    il y a comme des relents de discours communautaires, vince50 tu fais le grand écart ... Ta façon de me parler d’intolérance te fait un peu sortir du bois... je vais arrêtez là, car rien de bon ne sortira de ce débat.
    Ah enfin ... Dorothée a sorti son canif :-)
    tu le dis toi même "le problème ne pourrait pas être réglé rapidement" je suis heureux ;-)
    Robert avis partagé
  • 27/01/2016 à 09:29
    nicole08
    alerter
    je dis bravo mais, je pense que c'est un coup d'épée dans l'eau, ça ne sera pas mis en pratique en France avec nos gouvernants actuels
  • 29/01/2016 à 23:16
    domi ASL
    alerter
    Les choses avancent lentement mais elles avancent !
    L'Ordre des Vétérinaires vient de faire un grand pas vers la reconnaissance de l'animal comme être sensible, c'est une grande première !
    MERCI à eux....
    Il faudra être patient pour obtenir plus mais la patiente est notre leitmotiv..... On va y arriver !

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Sondage de la semaine

Le nouveau ministre de l'Agriculture envisage une simplification administrative pour le secteur agricole.

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité