Les propriétaires face à l’antibiorésistance en canine

19/11/2015 | Le Point Vétérinaire.fr
Infographies
© La Semaine Vétérinaire

L’antibiorésistance en médecine canine et féline est moins étudiée qu’en élevage, alors qu’elle mérite aussi l’attention. Ce phénomène a fait l’objet d’une thèse vétérinaire, dont les premiers résultats – sur les usages en antibiotiques, les connaissances et les attentes des propriétaires – rappellent l’impact positif des consignes des vétérinaires, d’où la nécessité d’une bonne communication.

Le développement de la résistance aux antibiotiques est une préoccupation majeure nationale et internationale. Les pratiques des vétérinaires canins et aussi celles des propriétaires peuvent avoir un impact sur l’antibiorésistance. Une thèse vétérinaire comprenant deux questionnaires, soutenue en juillet 2015 à Oniris, sous l’égide d’Hervé Pouliquen, a permis d’enquêter sur le sujet. Ce premier volet décrypte les résultats obtenus auprès des propriétaires.

Respect de la durée et de la continuité du traitement antibiotique
La durée et la continuité du traitement antibiotique semblent être majoritairement respectées par les propriétaires, comme l’indiquent les résultats de l’enquête. Ainsi, 93 % des répondants (infographie haut de la page 41) déclarent aller jusqu’à la fin du traitement, même si l’état clinique de leur animal s’améliore avant. Aucune différence significative n’est mise en évidence entre les propriétaires de chiens et de chats. Le mode de vie des chats (extérieur ou intérieur) n’a pas non plus d’incidence sur les pratiques. Concernant la continuité du traitement antibiotique, 80 % des répondants déclarent ne jamais, ou presque jamais, oublier un comprimé, mais il existe une différence significative selon l’âge des répondants. En effet, l’oubli semble plus fréquent chez les personnes de moins de 35 ans, comparées à celles plus âgées. Le temps que prend l’activité professionnelle et familiale dans un foyer pourrait expliquer ce résultat (les propriétaires plus âgés peuvent être en retraite ou ne plus élever d’enfants en bas âge et donc avoir davantage de disponibilité). Le nombre de réponses « Oui, cela m’arrive très fréquemment » (0,5 %) est toutefois très faible.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 40-45 de La Semaine Vétérinaire n° 1651.

Inès d’Amphernet

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...