Ventes d’antibiotiques : pas d’ALEA pour 2014

Michaella IGOHO | 06.11.2015 à 17:42:28 |
Antibiotiques vétérinaires
© Jevtic - iStock

Cette année, le rapport de l'Anses sur le suivi des ventes d'antibiotiques ne contenait pas l'indicateur d'exposition des animaux aux antibiotiques.

Pour 2014, "il n’est pas pertinent de faire une étude approfondie des ALEA par espèce et par famille d’antibiotiques". Telle est l'une des conclusions du rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur le suivi annuel des ventes d’antibiotiques vétérinaires sur l'année 2014. Pour la première fois depuis la mise en place de ce suivi en 1999, l’Agence n’est pas en mesure de calculer l’indicateur d'exposition des animaux aux antibiotiques (ALEA) pour cette année.

En effet, comme chaque année, l’Anses a organisé le 2 novembre dernier une rencontre sur l’antibiorésistance au cours de laquelle a été présenté son rapport sur le suivi annuel des ventes d'antibiotiques. Les chiffres montrent une nette hausse des ventes en 2014, le tonnage ayant grimpé de 11,8% alors qu’entre 2007 et 2013, une chute constante du tonnage vendu de principes actifs a été constatée. Malgré l’augmentation des ventes d’antibiotiques en 2014, le tonnage vendu en 2014 a tout de même diminué de 23% par rapport à 2010. Selon l’Anses, la modification des politiques commerciales des achats et ventes d’antibiotiques contenus dans la loi d’avenir agricole aura eu pour conséquence un effet de stockage réalisé par les acteurs de la distribution et/ou de la délivrance du médicament vétérinaire.

Selon Gérard Moulin, adjoint au directeur de l’Agence nationale du médicament vétérinaire, "habituellement, on considère que les ventes reflètent l’exposition des animaux. Ce phénomène de stockage ne permet pas de sortir des indicateurs exploitables d’exposition pour l’année 2014".

Le rapport des ventes de l’année prochaine calculera l’exposition en prenant en compte les données de vente sur deux années 2014 et 2015 afin de lisser un éventuel phénomène de stockage.

Un article plus détaillé sera consacré à ce sujet dans le prochain numéro de La Semaine Vétérinaire (n°1650).

Michaella IGOHO
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK