Nouveau scandale médiatique sur l’abattoir

Marine Neveux | 22.10.2015 à 12:04:46 |
Abattoir de chevaux
© L214

L’association de défense des animaux L214 a diffusé le 14 octobre dernier des images filmées en caméra cachée à l’abattoir d’Alès. Cette vidéo relance les débats autour des conditions d’abattage et la presse grand public en fait largement l’écho.

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, s’est exprimé sur les ondes d’Europe 1, deux jours après la diffusion par l’association L214, le 14 octobre, d’une vidéo sur les mauvais traitements subis par les animaux dans un abattoir d’Alès, dans le Gard : « Nous devons être d’une fermeté totale par rapport aux activités des abattoirs pour faire respecter le bien-être animal (…) Nous faisons tout, et les services vétérinaires, et les services de l’État sont là pour faire respecter les règles. »
Notre confrère Jean-Pierre Kieffer, président de l’Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs (OABA), réagit à cette affaire. Ghislaine Jançon, membre du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires, qui s’est aussi exprimée dans la presse grand public, livre son point de vue dans nos colonnes.

Retrouvez l'intégralité de cet article en pages 13-14 de La Semaine Vétérinaire nos 1647 et 1648.

Marine Neveux
3 commentaires
avatar
titi le 22-10-2015 à 16:41:10
Personne ne réagit quand il s'agit de l'abattage rituel, pourtant l agonie est la même mais personne ne se soucie du bien être de l animal à ce moment là : « Nous devons être d’une fermeté totale par rapport aux activités des abattoirs pour faire respecter le bien-être animal (…) Nous faisons tout, et les services vétérinaires, et les services de l’État sont là pour faire respecter les règles ».
avatar
Pierre Bismuth, Vétérinaire le 22-10-2015 à 16:53:33
Malheureusement, cette video de l'abattoir d'Alès ne m'a pas surpris, et m'a rappelé les visites d'abattoirs faites pendant le cursus en ENV. L'abattoir est un enfer de bruits, de plaintes, d'odeurs, malgré les réglements hypocrites car bien trop souvent peu ou mal respectés, faute de réels moyens et sanctions pour les imposer. Rien ne pourra changer tant qu'il ne sera pas pris conscience que la reproduction, l'élevage, le transport, l'abattage des animaux, mais aussi dans d'autres domaines la sélection génétique, le dressage, la mise au travail ou la recherche de performances ne sont pas des actions anodines, mais au contraire d'une très haute responsabilité de la part des hommes qui les conduisent. Un animal ne peut plus être considéré uniquement comme un tonnage de lait, un poids de carcasse ou un GMQ, de la même façon qu'en médecine, il a été bien compris qu'un malade ne pouvait être réduit à une pathologie organique. La société demande avec raison une telle éthique, et n'excusera plus les systémes, les auteurs ou les complices couvrant de telles dérives.
avatar
VINCE50 le 02-11-2015 à 13:04:53
Vétérinaire en abattoir, je peux témoigner que dans les abattoirs dont je dirige les services d'inspection (1 petit et un de taille moyenne), les règlements sont applicables et appliqués. Nous avons les moyens pour çà, PV, suspension administrative. Au passage, encore trop de vétos ruraux ont encore une connaissance très insuffisante de la règlementation (transport notamment). Ces précisions apportées, il faut dire que les prescriptions relatives au respect animal ne sont pas forcément contradiction avec la rentabilité. Il est largement démontré que tout animal en souffrance perd de la valeur. Un animal simplement fatigué va donner de la viande surmenée par exemple. Le souci de l'image de marque est une réelle préoccupation dans les grands groupes et de leurs clients. Des images (inacceptables) comme celles d'Alès diffusée dans les media et vous perdez tous vos clients importants. Un abattoir américain a fait faillite dans les semaines qui ont suivi la diffusion de telles images. Et c'est tant mieux. Les media ont un rôle bénéfique. Ils ont aussi la responsabilité de le faire avec justesse et mesure.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application
Télécharger l'application sous iPhoneTélécharger l'application sous Android

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK