Le scandale de l’abattoir d’Alès met le feu aux poudres

16.10.2015 à 12:41:25 |
bovins
© albertogagna – iStock

L'association de défense des animaux L214 a diffusé mercredi dernier des images filmées en caméra cachée à l'abattoir d'Alès. Cette vidéo relance les débats autour des conditions d’abattage et la presse grand public en fait largement l’écho.

Les images tournées à l’abattoir d’Alès (Gard) et dévoilées cette semaine par l’association L214 ne surprennent pas l’OABA. « Certaines des mauvaises pratiques et des manquements à la réglementation, mis aujourd’hui en lumière, avaient déjà été relevés par notre association lors de ses visites de 2013 (dispositif de contention mal adapté aux chevaux) et de 2008 (reprise de conscience chez les porcs lors de la phase de saignée). Aucune constatation n’a pu être faite récemment puisque nos demandes de visite à l’abattoir d’Alès cet été ont été refusées » déclare Frédéric Freund, directeur de l’OABA dans un récent communiqué de presse. La fondation, présidée par notre confrère Jean-Pierre Kieffer, dénonce depuis plusieurs années « la trop rare présence des inspecteurs vétérinaires au poste d’abattage (manipulation des animaux, étourdissement, saignée). Une présence jugée également insuffisante voire inexistante dans certains abattoirs selon les rapports les plus récents de l’OAV (Office Alimentaire et Vétérinaire) de la Commission européenne. »

A l’été 2013, une mission sénatoriale d’information sur la filière viande avait l’objet d’un rapport de sénatrices Sylvie Goy-Chavent et Bernadette Bourzai. Aujourd’hui, la sénatrice Sylvie Goy-Chavent dépose une proposition de résolution pour demander une commission d’enquête sur la situation dans les abattoirs .

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture s’exprimait sur les ondes d’Europe 1 suite au scandale d'Alès : « Nous devons être d’une fermeté totale par rapport aux activités des abattoirs pour faire respecter le bien – être animal (…) On fait tout, et les services vétérinaires, et les services de l’Etat sont là pour faire respecter les règles. »

« Le ministre de l’Agriculture nous promet pour la période 2015-2020, une stratégie de la France pour le bien-être des animaux. Il est urgent qu’elle débute par un contrôle renforcé de tous nos abattoirs » poursuit Jean-Pierre Kieffer. Notre consoeur Ghislaine Jançon, du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires, a également fait part de sa stupeur dans les colonnes de l’Express en ligne.

Enfin, l’OABA demandera le 5 novembre prochain, lors du Comité « Bien-être animal » du CNOPSAV (Conseil National d’Orientation des Politiques Sanitaires Animales et Végétales) à ce que la Brigade Nationale d’Enquêtes Vétérinaires et la Mission d’Audit Sanitaire de la Direction Générale de l’Alimentation soient saisies aux fins d’inspections dans tous les abattoirs.

A lire aussi : 
« Si le consommateur n’a plus confiance, il faut en tirer les conséquences ». La Semaine Vétérinaire n°1553 du 27 septembre 2013.
 

15 commentaires
avatar
Claire Combelles, Vétérinaire le 16-10-2015 à 17:35:16
Les pouvoirs publics ne pouvaient pas ne pas être au courant, l'article mentionne un rapport de l'OABA, mais il est certain que d'autres rapports remis par des vétérinaires inspecteurs ont été produits et diffusés auprès de la DSV et du préfet.
Que chacun prenne ses responsabilités!
avatar
CLAUDAl le 17-10-2015 à 15:30:53
Oui, tout le monde "savait" mais si L214 n'avait pas diffusé cette vidéo cela continuerais.... La parole d'un Ministre on sait ce que ça vaut ! il faut comme le demande BB et 30 millions d'amis, mettre des vidéos dans TOUS les abattoirs et centre d'abattage (pour l'aït par exemple). HONTE à ces bouchers qui n'ont aucun sentiment . L'argent pourrit tout .....je ne mange plus de viande, je suis dégoûtée. C'est tout un pan de notre économie qui va être touché !
avatar
nadia35 le 17-10-2015 à 22:42:24
"Aucune constatation n’a pu être faite récemment puisque nos demandes de visite à l’abattoir d’Alès cet été ont été refusées » déclare Frédéric Freund, directeur de l’OABA dans un récent communiqué de presse.
On marche sur la tête là ! Ce n'est pas une excuse ça !! Ce refus aurait justement dû alerter l'OABA, on rentre en force dans un cas comme ça non ? C'est juste du bon sens !
Faut-il une autorisation pour aller faire des vérifications ? Ils ne veulent pas qu'on rentre ? Bon bah on rentre pas alors...
Et ces gars de l'OABA ont leur conscience pour eux ? Mais ils sont payé pour quoi, pour rebrousser chemin quand on les empêche de faire ce qui devrait être LEUR BOULOT !
ça me met hors de moi de lire les propos de ce Frédéric Freund. On se demande pour qui il travaille vraiment.......
avatar
frédéric Freund le 18-10-2015 à 14:02:23
@nadia35. Madame, je peux comprendre votre colère au vu des images diffusées. Mais vous vous trompez de cible. L'OABA est une association, comme L214. Nous n'avons aucun pouvoir pour pénétrer dans l'enceinte d'un abattoir, nos délégués ne sont pas payés par l'Etat et donc non assermentés. En cas de refus de visite, nous alertons les autorités préfectorales. Ce qui, dans le cas d'Alès a sans doute contribué au contrôle et à la mise en demeure de début septembre comme le mentionne la DDPP du Gard dans un communiqué.
Nos délégués ne peuvent entrer de force dans un abattoir : s'ils le faisaient, ils seraient sans aucun doute arrêtés avec une action judiciaire contre eux. Comme l'association L214 qui est attaquée par l'abattoir d'Alès pour les images volées. Des images en caméra cachée qui rappellent celles obtenues avec le concours de l'OABA en 2012 par une journaliste d'Envoyé Spécial. La diffusion de ces images a conduit la majorité des abattoirs à nous refuser tout accès à leur établissement.
Ceux qui doivent faire LEUR BOULOT, comme vous l'écrivez, ce sont les agents des services vétérinaires (en nombre bien trop insuffisant pour être présents partout et pendant tout le temps d'activité de l'abattoir) et surtout notre ministre de l'Agriculture qui ne prend pas les mesures qui s'imposent depuis trop longtemps car il préfère faire vendre et exporter la viande française quelles que soient les conditions de "production". Le fric avant l'éthique.
avatar
nadia35 le 18-10-2015 à 15:45:51
Merci de votre réponse éclairante.
Effectivement je me suis peut-être laissée emporter par ma colère et mon dégoût devant ces images (...et je ne suis pas allée au bout...) et je m'en excuse. Vous faîtes visiblement ce que vous pouvez mais peut-être est-il possible de faire plus notamment en insistant davantage près des autorités préfectorales quand vous soupçonnez ce genre d'ignominie ?
Parce que là visiblement, votre "alerte" n'a pas été suivie d'effets....
Je pense par exemple à l’ONG Sea Shepherd. Eux aussi se trouvent régulièrement confrontés à de l'hostilité (euphémisme) mais ça ne les fait pas baisser les bras, bien au contraire...
En ce qui concerne votre association, je me dis juste que se présenter à la porte d'un abattoir, s'en faire refuser l'accès et repartir ou ne rien faire du tout revient à peu près à la même chose., en tout cas donne le même résultat...
Quant au "fric avant l'éthique", ça c'est évident. Et c'est le cas dans tellement de domaines... Triste monde.
avatar
Laurent Masson, Vétérinaire le 18-10-2015 à 21:14:28
C'est une vidéo de propagande, on nous montre les ratés des abattoirs, regardez bien les vidéos, l'abattoir est propre les techniciens sont expérimentés. Il n y a pas d'abatage sans souffrance ne vous déplaise. Si on fait une vidéo de toutes les euthanasies de chien ou de chat ou il y a des " mauvais reflex agonique" les vétérinaires passeront pour des bouchers. Il me font vomir tous ces pseudos repentis carnivore qui ne savent pas comment ça se passe dans un abattoir et qui veulent aller se faire un petit frisson de bonne conscience pour faire des vidéos chocs ... Pensez vous à tous ces techniciens qui bossent à 4h du matin par 3 degré payé même pas le smic. Un peu de respect pour ces gens qui en plus vont être au chômage technique.
Quand vous avez un broutard de 650 kg avec un échec au matador, vous faites comment ? une petites caresse et on le remet dans la boite... ridicule. C'est un boulot mentalement horrible, physiquement très dangereux et comme dans tout les boulots il y a des ratés. Alors oui il faut de l'encadrement, de la formation, du contrôle, des investissements pour le bien être animal et du soutient, pas du lynchage.
Stop à l’hypocrisie
Et surtout il faut interdire l'abatage rituel sans étourdissement !!!!
c'est le seul "bienfait" de cette vidéo , de voir ce que c est un égorgement en vrai et ca c'est à vomir
avatar
Pseudoln le 18-10-2015 à 22:20:10
A Monsieur Masson,
Nous défenseurs des animaux sommes contre les euthanasies des chats et des chiens tout d'abords parce que l'Etat devrait rendre obligatoire la stérilisation des animaux de compagnie ça éviterait d'avoir à euthanasier des milliers d'êtres sensibles (voir sur FB la protection animale en colère : le collectif CHATS 100% STÉRILISATION OBLIGATOIRE)
Alors votre premier argument est scandaleux
Le deuxième argument : agiter le spectre du chômage pour cette filière est tout aussi scandaleux car ce n'est ni plus ni moins identique à ce qu'il se passe dans toutes les industries pour éviter de perdre des emplois il faut s'adapter à l'évolution de la demande du consommateur. En marketing çela s'appelle une opportunité et nos gouvernants qui vont accueillir tout ce beau monde pour la cop21 devrait orienter l'industrie agro française vers la garantie du bien être animal et vers le secteur végétarien de toute façon nous n'aurons pas le choix alors soyons plus rapides que nos voisins .....
Il faut soutenir les associations qui sont lançeurs d'alerte L214, Sea Sheperd, FoodWtach France car d'autres associations ou ONG bien connues se sont encroutées
Oui Monsieur : stop à l'hypocrisie !!
avatar
lolo le 19-10-2015 à 09:54:23
Débat stérile, vos 5 premières lignes font bien comprendre que seul votre avis monomaniaque compte. Je n'ai jamais parler des stérilisation ou euthanasie de masse ...
QUAND ON PRESENTE UNE VIDEO CHOC A DES GENS NON FORMé C'EST DE LA DESINFORMATION.
NON MADAME IL NE FAUT PAS VOUS SOUTENIR, IL FAUT SOUTENIR LES VETERINAIRES QUI SONT A MEME DE COMPRENDRE ET D AMELIORé LES CHOSES PAS à DES GENS COMME VOUS QUI JETTE DE L HUILE SUR LE FEU
avatar
opposant institutionnel le 19-10-2015 à 15:49:13
Les Services Vétérinaires :
Dans les abattoirs : des vétérinaires-inspecteurs contractuels « encadrant » des contrôleurs, voire des préposés, contractuels eux aussi (parfois « collègues » du personnel des abattoirs…), quelques techniciens supérieurs des S.V. en attente d’une affectation plus valorisante (au « siège »).
Aux sièges des DDecPP : les I.S.P.V. (authentiques vétérinaires-inspecteurs fonctionnaires d’État réellement formés et investis de missions régaliennes), d’une redoutable compétence dans le maniement de l’outil informatique… et les techniciens supérieurs des S.V. (assurant, de mauvaise grâce, quelques suppléances en abattoir).
Une explication, parmi d’autres – le poids économique de la filière viande, éventuellement des lobbies…-, de l’insuffisante efficacité des contrôles officiels ?
Sinon, empêcher les végétariens militants de faire du prosélytisme par des vidéos soigneusement montées (des incidents -certes graves- présentés comme permanents) n'est peut-être ni possible, ni souhaitable ?
avatar
Nicolas Muller, Vétérinaire le 19-10-2015 à 17:52:32
Je rejoins Laurent Masson ...

Filmez-moi pendant des jours et des jours, vous verrez forcément une euthanasie qui ne se passe pas forcément comme prévu ... un moment d'énervement contre une vache récalcitrante ... une anesthésie une peu courte, où la contention physique prend le relais de la contention chimique ... bref, ça ne devrait pas arriver, mais ça arrive !
avatar
pseudoln le 19-10-2015 à 18:24:55
Intéressant :
Je retiens :" Il n y a pas d'abatage sans souffrance ne vous déplaise"
" un moment d'énervement contre une vache récalcitrante"
"une anesthésie une peu courte, où la contention physique prend le relais de la contention chimique ...ça ne devrait pas arriver, mais ça arrive "

Allez donc sur Youtube il y a bien plus qu'une seule vidéo ''de végétariens militants" (je reprends ironiquement vos mots) sur ce qu'il se passe dans les abattoirs même si ce sont des montages de plusieurs images elles sont bien réelles et corroborent vos citations reprises par mes soins ci-dessus.
Le problème c'est que les consommateurs ne veulent pas que les animaux souffrent même pas un seul animal parce que vous vous êtes ratés ou que vous êtes énervés !!
C'est comme dire ''on a droit à 1% de mort à l'armée" si votre fils est à l'armée vous voulez du 0%

les consommateurs veulent du 0%
avatar
Nicolas Muller, Vétérinaire le 19-10-2015 à 18:28:49
Le consommateur, il veut des poulets en batterie avec 0,0x m2 par poule ? Il choisit surtout les oeufs les moins chers ...

Je ne cautionne pas ce qui a pu arriver dans cet abattoir ou un autre, et je ne pense pas que la cause soit financière, mais honnêtement il n'y a pas plus schizophrène que le consommateur.
avatar
lolo le 19-10-2015 à 19:03:38
Pseudoln, j aurai toute votre attention si vous nous présentiez des solutions. Alors voila quelle alternative au chambre à Co2 pour les porcs? Quelle procedure en cas d’échec d’étourdissement, quel contention pour un cheval qui se défend. Vous êtes ici sur un site de spécialistes de la "mort" et du bien être animal, des gens de terrains des gens qui chialerons lors de l euthanasie de la meilleur vache de Mr dupont et de kiki la vielle chienne de mme Michu. Nous vous parlons ici avec franchise et de la réalité qui est la notre . Si vous voulez communiquer, faites le bien et de façon constructive. Est ce que ces gens ont proposé à l abattoir d'Ales de voir et de commenter les vidéo pour trouver des solutions ? Comment voulez vous être crédible quand la conclusion de la vidéo est " bah moi je mangerai plus de viande ". Je ne vous dis pas d accepter ce que je dis, je vous demande de critiquer de façon honnête avec une connaissance globale et parfaite de ce que vous critiquez.
avatar
dédé vétérinaire retraité le 27-10-2015 à 14:20:25
Je suis scandalisé et effaré par les propos irraisonnés emprunt de sensiblerie de bobos parisiens ou de citoyens qui ont totalement oublié ce qu'est "mère nature" et qui ne veulent voir la vie et l'activité humaine qu'à travers des images de jeux vidéos ! Non la mort n'est jamais instantanée; La réalité des choses de la vie, c'est autre chose...
Faire du scandale suite à des montages vidéo tendancieux, c'est de la malhonnêteté intellectuelle.
Oui, le passage de la vie à la mort est un instant rarement agréable pour un animal ( pour un homme non plus d'ailleurs, même en cas de mort naturelle) et les techniques utilisées ont été étudiées par des professionnels responsables dont le but n'est pas de faire souffrir mais d'effectuer un acte rapide et propre dans l'intérêt de tous, y compris l'animal.
Pour votre sécurité alimentaire - le stupide risque zéro que je suppose vous défendez "bec et ongle"-, j'ai euthanasié des milliers de vaches en parfaite santé, victime de la psychose de la vache folle, (et croyez moi, ce n'était pas de gaité de cœur) Et, malgré toute notre attention et notre professionnalisme, il y avait, hélas, quelques ratés. C'est la biologie, toutes les vaches ne répondaient pas de la même façon à la dose normale administrée.
Et bien à l'abattoir également, il peut y avoir un étourdissement raté. il suffit que l'animal bouge 1/10eme de seconde avant le déclanchement de l'appareil. Nous travaillons avec du vivant et en biologie 1+1 ne fait pas toujours 2 !
Il y aura toujours, quoique l'on fasse, parfois des mouvements agoniques et des effusions de sang plus ou moins importants lors de l'étourdissement suivi de la saignée. Ce n'est pas beau à voir mais c'est ainsi.
Quant à s'abstenir de tuer et de manger des animaux, c'est de la philosophie qui refuse de reconnaitre la réalité de la vie sur terre au sens large depuis la nuit des temps, et c'est d'une grande prétention que de vouloir y porter atteinte.
La vie de tous les jours n'est pas un long fleuve tranquille que l'on regarde comme un jeu vidéo et où la mort est instantanée .
Et pourquoi, vous, tous les défenseurs de la cause animale, ne vous insurgez vous pas plus contre l'abattage rituel, cette pratique d'un autre âge ?
avatar
baptiste le 31-10-2015 à 16:02:26
Bonjour,

Vu à distance (et vu les excès des propos, ce qui rend mon propos légitime), il faudrait:
1- Poser comme fondamental et incontournable le principe du minimum absolu de souffrance animale (durant l'acheminement et l'abattage). On monte un tour de table avec des scientifiques, des éleveurs, des représentants associatifs, et des opérateurs en abattage pour définir précisément, en intégrant les expériences pratiques , les contours de cette notion de "minimum de souffrance".
2- On pose comme tout aussi fondamental, le principe que ce minimum absolu de souffrance PRIME sur la DIMENSION ECONOMIQUE. Ainsi, les objectifs quantitatifs imposés aux opérateurs prennent en compte LE TEMPS NECESSAIRE pour appliquer la procédure adaptée qui garantit cette souffrance minimale.
3- Par conséquent, l'abattage rituel devient illégal et assorti de sanctions DISSUASIVES.
4- On met en place un système de CONTROLE combinant:
- l'enregistrement /archivage vidéo des opérations des différents postes (avec garantie d'intégrité et tout et tout...);
- la constitution d'un corps d'inspecteurs assermentés travaillant en équipe de quatre (1 veto, 1 éleveur, 1 associatif, et 1 opérateur de la chaîne viande). Sans que le personnel des abattoirs ne puissent s'y opposer, ces inspecteurs peuvent, sans préavis, inspecter en direct ou prendre les archives vidéo pour évaluation. On fabrique ainsi une transparence dont tout le monde a bien besoin.
5- On effectue un suivi statistique des "ratés" qui doivent normalement être réduits au minimum fatal et incompressible - dont il s'agit d'accepter l'existence. Les dépassements se verront tout de suite. Dans ce cas, c'est qu'il y a un problème qu'il faut traiter, fermement... En cas de manquement isolé et flagrant, SANCTION DISSUASIVE, tant pour l'opérateur concerné que pour le directeur de l'établissement.

Ceci devrait mettre fin à la dégoutante petite cuisine interne des abattoirs qui font mal leur travail.

Moi, je ferais comme ca.

Baptiste.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK