Investir pour l’éradication de la rage

28.09.2015 à 07:31:01 |
enfants et chiot en Inde
© ElenaMirage

En ce 28 septembre, journée mondiale de lutte contre la rage, l’OMS, l’OIE, la FAO et le GARC appellent à investir pour l’éradication de la rage humaine transmise par les chiens.

Cette maladie est essentiellement transmise à l’homme par la morsure de chiens infectés, elle est très répandue dans les pays à faibles revenus, qui disposent de peu – voire d’aucun – programme de prise en charge ou de vaccination des chiens errants rappelle l’organisation mondiale de la santé animale (OIE).
L’éradication de la rage est possible grâce aux campagnes de vaccination canine à grande échelle. Elles méritent aussi d’être appuyées par un accès à la prophylaxie post-exposition pour les personnes mordues par un chien suspect d’être porteur du virus. Près de 40% des victimes exposées aux morsures de chiens sont des enfants âgés de moins de 15 ans. 
A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la rage, ce jour, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’OIE, en collaboration avec l’Alliance globale contre la rage (GARC), publient un document : « Argumentaire en faveur de l’investissement visant à progresser vers l’élimination de la rage transmise par les chiens ».
« Il suffirait de vacciner 70 % de la population canine des zones touchées par la rage pour éradiquer la rage canine au niveau mondial, et cette solution coûterait beaucoup moins cher que les traitements post-exposition », souligne notre confrère Bernard Vallat, Directeur général de l’OIE.
Un récent projet pilote mené par l’OMS aux Philippines, en Afrique du Sud, et en République de Tanzanie, a démontré que la vaccination à grande échelle des chiens était en mesure de diminuer considérablement, voire d’éliminer les morts humaines de la rage. Autre succès, le programme d’élimination de la rage au Bangladesh, où une campagne de vaccination canine à grande échelle entre 2011 et 2013 a permis de réduire de 50 % le taux de morts humaines de la rage. Fort du succès de son programme national d’éradication, le Bangladesh s’est ainsi fixé pour objectif la réduction de 90% du nombre de morts humaines de la rage à la fin de cette année, et son éradication d’ici 2020.
L’OMS et l’OIE, en collaboration avec la FAO et avec le soutien du GARC, organisent la conférence intitulée « Elimination mondiale de la rage humaine transmise par les chiens : Agissons maintenant ! »  les 10 et 11 décembre 2015, au siège de l’OIE à Genève, qui réunira des représentants de premier plan issus des ministères de la Santé et des Services vétérinaires, des coordinateurs nationaux de la lutte antirabique, des experts de la santé humaine et vétérinaire, des ONG, et du secteur privé.
Source : OIE

 

Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK