Antibiorésistance : influence de l'hôte sur la sensibilité aux antibiotiques des bactéries

Stéphanie Padiolleau | 01.09.2015 à 15:34:56 |
Invasion d'une cellule immunitaire par des Salmonelles vue par microscopie électronique à balayage
© NIAID

Un mécanisme de défense des bactéries vient d'être découvert. Il induit une résistance transitoire aux antibiotiques.

Une équipe américaine vient de mettre en évidence un mécanisme transitoire et réversible qui permet aux bactéries de résister aux antibiotiques malgré leur sensibilité constatée lors de tests in vitro. Ce mécanisme de défense bactérien est hôte-dépendant, induit par les conditions locales subies par les bactéries dans l'individu infecté. Il n'est décrit que pour quelques bactéries, et dans des zones précises de l'organisme, ou dans certains organes. Une partie de l'inoculum bactérien se trouve alors protégé de l'action des antibiotiques, durant un laps de temps qui permet à l'infection de perdurer dans l'organisme, tout en favorisant le développement de bactéries multirésistantes. L'étude a montré par exemple qu'une résistance à la polymyxine est induite au cours de l'infection par les salmonelles. Si cet antibiotique est alors utilisé pour combattre l'infection, son efficacité sera limitée ou nulle, avec un grand risque de sélection de résistance. 

Cela pourrait expliquer pourquoi les résultats observés chez les individus infectés ne sont pas conformes à ceux prévus par les tests de laboratoire, ainsi que des variations inter-individuelles. Les chercheurs soulignent que les conditions de développement des bactéries utilisées en laboratoire sont différentes de celles rencontrés dans l'organisme et qu'il serait préférable de modifier les conditions expérimentales appliquées lors du développement des médicaments, en augmentant le recours aux modèles animaux dès les premières phases. Il est également possible que des molécules écartées en raison de mauvais résultats in vitro soient jugées efficaces si elles étaient testées dans des conditions plus proches de celles de l'organisme. 

Stéphanie Padiolleau
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK