Obligations sociales des TPE : pas facile de se tenir prêt

Clarisse Burger | 26.08.2015 à 16:51:12 |
TPE vétérinaire et obligations sociales
© DR

Peu d’entreprises se déclarent prêtes pour les quatre échéances sociales 2015 et 2016, et appréhendent les risques sociaux et fiscaux.

Selon l’étude de l’institut  Odoxa/Humanis, près des deux tiers des entreprises se présentent comme optimistes sur leur avenir économique. Toutefois, leur anticipation face aux quatre grandes échéances sociales 2015 et 2016 -la généralisation de la complémentaire santé, la déclaration sociale nominative, le contrat santé responsable, le compte pénibilité- laisserait à désirer : 38% se déclarent prêtes pour 1 à 4 échéances mais seulement 14% des entreprises seraient prêtes pour les quatre échéances.

En réalité, ces échéances sociales sont peu connues de la plupart des structures, hormis la généralisation de la complémentaire santé, dont la mise en place pour l’ensemble des entreprises, est prévue le 1er janvier 2016. En effet, 67% des entreprises se déclarent prêtes pour la mettre en œuvre à temps. Tandis que 16% ne le seraient pas et 16% n’en ont pas entendu parler. 66% des TPE se disent prêtes pour cette obligation. Les entreprises du secteur des services sont majoritairement dans les délais.

Concernant les autres obligations légales, telles que la mise en place du compte de pénibilité (depuis le 1er janvier 2015), la déclaration sociale nominative et les contrats santé responsables qui entrent aussi en vigueur le 1er janvier 2016, la majorité des entreprises sondées ne seraient pas encore prêtes ou bien ne savent pas à quelle date elles le seront ou n’en ont pas entendu parler. Dans le secteur des services, 55% n’en ont pas entendu parler. Du coup, les risques de redressement les inquiètent, c'est le cas notamment notamment des TPE (pour 36% d’entre elles).

 

Clarisse Burger
5 commentaires
avatar
Pierre MAY le 27-08-2015 à 00:00:24
c'est quand même un comble , au moment où on parle tant de favoriser l'emploi, de simplifier la vie administrative des entreprises, d’alléger les charges des petits patrons , avec grand mouvements de bras et la main sur le cœur , devant les caméras ou à une tribune , la réalité est toute autre.
Notamment pour les TPE, pourtant véritable creuset d'emploi , ça devient impossible de suivre les réglementations qui nous tombent dessus de toutes parts. En particulier la gestion des risques ; mais putain , on sait bien qu'on fait un métier manuel avec du vivant , donc potentiellement dangereux : soit on accepte les risques et on fait ce métier avec plaisir, engagement et conviction sans vouloir ouvrir le parapluie réglementaire tous les 4 matins ; soit on n'accepte pas le moindre risque et on rentre dans une administration pépère où on n'a rien d'autre à foutre que de remplir des formulaires pour éviter , prévenir et prévoir un risque qui de toute façon n'arrivera jamais puisqu'on est planqué dans la masse .
Y en a marre de ces faux derches et de ces pignoufs qui pondent tous les matins une directive et nous imposent des règlements débiles qui paralysent tout. et qui minent l'emploi . Il est temps de se rebeller et d'affirmer haut et fort que ,quoi qu'on fasse, LA VIE EST UN RISQUE ; tous les animaux savent ça depuis toujours !
mais qu'est ce que ça vaut le coup de courir ce risque ! Car même risquée , qu'est ce que la vie est belle ! grrrr !!!!!
avatar
CabVetCoq le 27-08-2015 à 18:31:40
Bien que persuadé de l'immobilisme béat de la plupart de nos concitoyens (et aussi bien sûr confrères...!) comment ne pas saluer la réaction salutaire d'un homme au service de la Vie (comme je prétends l'être....) et qui l'a prouvé...
Oui Pierre tu as mille fois raison. La Vie est de prendre le risque de soulever un pied pour pouvoir avancer... Il faut avoir confiance et penser qu'il va rejoindre le sol avant que cet animal debout ne tombe.....!
C'est comme cela que l'humanité à réussi a survivre .
Mais tous ceux qui refusent le risque de vivre ne peuvent que mourir même s'ils ont encore l'apparence de la vie...
Je travaille seul et c'est parfois difficile de ne pas s'appuyer sur l'avis d'un ami ou d'un simple confrère ..mais avant que j'embauche quelqu'un les poules auront retrouvées les dents des dinosaures qu'elles furent il y a bien longtemps.....
Oui à la Vie
Mort aux cons..... (vaste programme.......comme disais...!)
avatar
ANNE DECUYPER, Vétérinaire le 27-08-2015 à 19:49:11
tout à fait d'accord avec toi, j'ai le même ras le bol de toutes ces règlementations galopantes , étouffantes , impossibles à suivre , chronophage et couteuses ... souvent pour très peu de chose en fait .... moral administratif à - 2000 ... j'aime encore mon métier, mais faut vraiment être passionné pour continuer de travailler dans ces conditions
avatar
fizou le 28-08-2015 à 22:00:12
Belle réaction Mr May... le premier argument est le meilleur : si on veut que l'esprit d'entreprise existe encore en France il ne faut pas seulement parler de simplification administrative mais 1 : la faire et 2 : arrêter d'ajouter des obligations.
avatar
apevet le 03-09-2015 à 16:12:36
Je plains les générations suivantes.
On crève lentement mais sûrement au milieu de ce fatras d' obligations en tous genres, qui s' empilent, gouvernements après gouvernements.
Voilà déjà bien longtemps que la société française est divisée en 3 catégories, dont la dernière sera bientôt la plus importante:
ceux qui travaillent, entreprennent et produisent des richesses, ceux qui sont inactifs ou qui profitent du système et ceux qui contrôlent les autres.
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK