Reprise de la cotation du porc mais pas de sortie de crise

19/08/2015 | Le Point Vétérinaire.fr
elevage de porcs
© D.R
Depuis une semaine et demie, les deux principaux acheteurs, la Cooperl et Bigard, dénoncent le prix trop élevé du kilo de porc, alors que pour les éleveurs, c’est une question de survie.

Suspendue depuis le 10 août dernier, la cotation du porc a repris hier au marché du porc breton (MPB) à Plérin, dans les Côtes-d’Armor1. Le prix de référence national pour le porc s'y est établi à 1,389 euro le kilo, soit en dessous du prix de 1,40 euro préconisé par le gouvernement pour la filière, un prix arrêté en juin via un accord entre industriels, grande distribution et syndicats agricole, et en dessous duquel les éleveurs disent perdre de l'argent. La cotation de mardi s’est faite en l’absence de deux acteurs majeurs de l’industrie du porc, la Cooperl et Bigard/Socopa, qui ont décidé de boycotter la séance à Plérin, jugeant le prix trop élevé pour faire face à la concurrence européenne. Ces deux groupes bretons représentent près d'un tiers des achats au MPB environ en temps normal.

Plus de 30% d’animaux invendus

Mardi, 32% des porcs mis en vente sont restés invendus : sur les quelque 50 000 animaux qui devaient y être vendus, près de 16 000 n’ont pas trouvé acheteurs accentuant les difficultés financières des éleveurs de porcs, qui peinent à gérer leurs animaux invendus.
Lors d’une réunion de crise au ministère de l’agriculture lundi, Stéphane Le Foll a insisté sur plusieurs points, qui nécessitent la mise en place d'une stratégie "sur la question des prix, qui s'appuie sur la valorisation de l'origine des viandes, ou le travail sur les promotions".
Le 27 août aura lieu une réunion avec les professionnels et la distribution "afin de travailler sur les modalités pratiques de mise en oeuvre des promotions de septembre". Le même jour, les acteurs du marché de Plérin se réuniront pour "envisager des pistes de commercialisation plus sécurisantes", comme la contractualisation. Si l’embargo de la Russie sur les denrées alimentaires européennes a provoqué la chute des prix du porc, la filière porcine était déjà mal en point et les désaccords entre producteurs et industriels ne font qu’empirer les choses.

1 Le prix moyen du marché de Plérin sert de référence pour le porc français.

Nathalie Devos

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...