L’avance sur salaire, l’acompte ou le prêt : que privilégier ?

Françoise Sigot | 25.06.2015 à 15:16:59 |
Dessin d'un vétérinaire chez le psychologue
© Emmanuel Thébaud

Certains collaborateurs sollicitent le versement anticipé de leur salaire ou une aide. Si plusieurs solutions sont possibles pour l’employeur vétérinaire, les conditions et les conséquences diffèrent.

Rares sont les employeurs qui ne seront pas confrontés un jour à une demande de leur collaborateur visant à percevoir son salaire en avance. Pour ceux qui ne s’y opposeront pas, à l’heure d’effectuer le virement anticipé, une grande majorité aura bien du mal à définir si ce geste est un acompte, une avance ou un prêt. Pourtant, les conséquences ne sont pas les mêmes selon que l’on opte pour l’une ou l’autre de ces formules. De plus, elles s’accordent sous certaines conditions.

Retrouver l'intégralité de cet article en page 40 et 41 de La Semaine Vétérinaire n° 1636.

Françoise Sigot
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK