Nouvelles annonces ministérielles en faveur de l’apiculture

23/06/2015 | Le Point Vétérinaire.fr
apiculteur
© D.R
A l’occasion de l’inauguration, le 19 juin dernier à Mazaugues dans le Var, de l’Observatoire français d’apidologie, le ministre de l’agriculture a présenté le bilan et les perspectives de son plan de développement durable de l’apiculture.

L’inauguration de l’Observatoire français d’apidologie a été l’occasion pour Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, de faire le bilan sur le plan de développement durable de l’apiculture, lancé en 2013. 70% des 115 actions des 17 axes de ce dernier sont désormais mises en œuvre. « Les pouvoirs publics ont pleinement joué leur rôle pour favoriser le développement de la production (lutte contre les prédateurs notamment le frelon asiatique, santé des colonies, nouvelles méthodes d’évaluation de l’impact des produits phytosanitaires au niveau communautaire…) », a-t-il souligné. Mais il a aussi ajouté que « seule la création d’une interprofession permettrait de s’engager pleinement autour d’objectifs partagés avec une véritable stratégie pour répondre à la demande du consommateur ».Stéphane Le Foll a également annoncé la poursuite du Plan de développement durable de l’apiculture pour 2 ans et il est favorable au classement du frelon asiatique en danger sanitaire de catégorie 1 (après l’avoir déjà classé en catégorie 2 en décembre 2012). Le ministre a aussi annoncé la prochaine mise en place par les pouvoirs publics d’un certificat de compétence pour professionnaliser le métier d’apiculteur (« certi api »), destiné aux apiculteurs professionnels et aux apiculteurs prestataires auprès de tiers (collectivités et services de pollinisation auprès des agriculteurs).

Source : Ministère de l’agriculture

 

Nathalie Devos

Les dernières réactions

  • 23/06/2015 à 21:34
    Pierre MAY
    alerter
    Ça serait bien que les vétérinaires s'impliquent dans ce plan et entre autre action , arrêtent de vendre et de promouvoir des pesticides tous plus dangereux les uns que les autres en fourguant à tout va pipettes APE et colliers APE de plus en plus puissants. Nous sommes , nous les vétérinaires, co responsables de ce délire anti parasitaire et de cette catastrophe écologique qu'est la disparition des colonies (plus de 60% dans certaines régions). Il est temps qu'on se réveille sur ce problème!
  • 24/06/2015 à 12:30
    JACLAMOTHE
    alerter
    Les bonnes paroles c'est formidable mais ce n'est pas tres productif

    Les abeilles ne butinent pas les chiens et les chats , c'est un fait connu mais c'est bien aussi de la rappeler.

    Je ne sais pas ce qu'est un insecticide puissant. Ce que je sais c'est qu'ils sont de moins en moins rémanents et c'est une bonne chose . Pas puissant le DDT dont on trouve encore aujourd'hui des résidus ?

    Le ^probleme des abeilles est multifactoriel , l'ANSES l'a dit dans un rappport datant d'il y a quelques années , et le principal probleme santitaire est Varroa . Le frelon asiatique est un gros probléme et va le devenir encore plus ces prochaines années. Les insecticides modernes et surtout les partiques agricoles posent des problemes aux apiculteurs. Les semences enrobées d'insecticides qui limitent les traitements par aspersion representent un progres pour les ceréaliers mais ont causé des souci à une apiculture intensive qui mettait ses ruches au pied des champs de colza et de tournesol .

    Il ne faut pas nier la baisse de la biodiversité (les insectes en particulier ) due aux pratiques agricoles, à l'urbanisation, les soucis de la filiere apicole (les problemes des eleveurs de porcs ou de vaches laitieres sont moins médiatiques) Dans mon expérience (je suis canin et véto de GDS apicole ) je trouve que les apiculteurs sérieux s'en sortent bien. Apiculteur c'est une activité agricole ou on peut travailler sans foncier , avec une mise modeste (en comparaison avec par exemple un toupeau de laitieres , les batiments etc= ) et en bénéficiant d'aides généreuses des pouvoirs publics. Les pertes hivernales pour mon departement (alpes maritimes ) ont été de 10% pour les pros et de 20% pour les amateurs ce qui est tres satisfaisant. Et pourtant ce ne sont pas les chiens et les chats qui manquent ici Les vétérinaires non plus d'ailleurs.

  • 24/06/2015 à 12:30
    JACLAMOTHE
    alerter
    Les bonnes paroles c'est formidable mais ce n'est pas tres productif

    Les abeilles ne butinent pas les chiens et les chats , c'est un fait connu mais c'est bien aussi de la rappeler.

    Je ne sais pas ce qu'est un insecticide puissant. Ce que je sais c'est qu'ils sont de moins en moins rémanents et c'est une bonne chose . Pas puissant le DDT dont on trouve encore aujourd'hui des résidus ?

    Le ^probleme des abeilles est multifactoriel , l'ANSES l'a dit dans un rappport datant d'il y a quelques années , et le principal probleme santitaire est Varroa . Le frelon asiatique est un gros probléme et va le devenir encore plus ces prochaines années. Les insecticides modernes et surtout les partiques agricoles posent des problemes aux apiculteurs. Les semences enrobées d'insecticides qui limitent les traitements par aspersion representent un progres pour les ceréaliers mais ont causé des souci à une apiculture intensive qui mettait ses ruches au pied des champs de colza et de tournesol .

    Il ne faut pas nier la baisse de la biodiversité (les insectes en particulier ) due aux pratiques agricoles, à l'urbanisation, les soucis de la filiere apicole (les problemes des eleveurs de porcs ou de vaches laitieres sont moins médiatiques) Dans mon expérience (je suis canin et véto de GDS apicole ) je trouve que les apiculteurs sérieux s'en sortent bien. Apiculteur c'est une activité agricole ou on peut travailler sans foncier , avec une mise modeste (en comparaison avec par exemple un toupeau de laitieres , les batiments etc= ) et en bénéficiant d'aides généreuses des pouvoirs publics. Les pertes hivernales pour mon departement (alpes maritimes ) ont été de 10% pour les pros et de 20% pour les amateurs ce qui est tres satisfaisant. Et pourtant ce ne sont pas les chiens et les chats qui manquent ici Les vétérinaires non plus d'ailleurs.

  • 25/06/2015 à 16:41
    PERSEA
    alerter
    Oui à la biodiversité oui à la protection des abeilles domestiques et sauvages mais évitons de stigmatiser telle ou telle pratiques car les politiques (par essence incompétents) se saisissent de bribes de nos propos pour les introduire dans un maelstrom de communication et d'initiatives parfois inappropriées.

    Par exemple plantation de petites ruches bleues sur des ronds points routiers adossés à des collines de plantes exotiques auprès desquelles on ne vient pas à pied (Maxime le Forestier 1972). La santé des Apis se trouve alors menacée par les voitures et autres véhicules excrétant les résidus de la combustion de l'énergie fossile; les plantes aux effets délétères pour les abeilles ou leur productions (ex Datura, Caesalpina,Tillia argentea Rhododendrons ....) et l'idée du bien être apicole au milieu d'une circulation dangereuses pour les homo sapiens pas si sapiens qui viennent les visiter.

    Minorons l'usage à bon escient et en frappe ciblée de quelques pesticides /médicaments adaptés, favorisons le développement des luttes biologiques et utilisons la lutte globale et la biodiversité pour lutter contre les périls monospécifiques. Notre contribution permettra d'offrir à nos enfants un monde moins pollué et plus respectueux des équilibres biologiques.

    cf breaking veterinary news autoroutes du norvegian flower power without THC (AFP 26/06/2015)

    I have a ecological dream ....(MLK Gettysburg WDC 63)

Réagir à l'actualité

Pseudo :

 
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité